• La mêlée argentine, en grande difficulté, a souvent été pénalisée par l’arbitre M. O’Keeffe.
    La mêlée argentine, en grande difficulté, a souvent été pénalisée par l’arbitre M. O’Keeffe. EPA/MAXPPP / EPA/MAXPPP
Publié le / Modifié le
Rugby Championship

Argentine : mêlée en péril

Pris en mêlée fermée et globalement maladroits, les Pumas n’ont pu empêcher leur deuxième défaite en Rugby Championship.

Par nature, la mêlée argentine est forte, dominante, intimidante. De fait, combien de fois a-t-on entendu les nostalgiques du rugby de papa analyser les grands fondements de la "bajadita" ? Combien de fois nos anciens nous ont-ils parlé à table des terribles piliers de Tucuman, qui avaient eux seuls le pouvoir de faire peur au pack moustachu du XV de France ? Alors, on ne sait pas si la mêlée argentine est juste souffrante, gravement malade ou désormais rangée avec toutes les légendes poussiéreuses d’un sport vieux comme le monde. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que le paquet d’avants des Wallabies, assis sur 918 kg de barbaque, a samedi dernier posé aux Pumas de sérieux problèmes dans ce secteur de jeu. à tel point que l’on se demanda si en quelques années de collaboration, Michael Cheika n’avait pas volé tous ses plus grands secrets industriels à Mario Ledesma, son ancien adjoint sur l’île-continent…

En novembre dernier, au moment même où les Pumas souffraient déjà le martyr face à Rabah Slimani et la mêlée tricolore à Lille (28-13), on s’était dit que les coéquipiers de Pablo Matera, alors privés de Roamiro Herrera et Juan Figallo, affrontaient simplement des problèmes conjoncturels. Maintenant que le pilier des Soldats roses et le droitier remplaçant des Saracens (une seule titularisation cette saison en Angleterre) sont de retour, les soucis de la mêlée argentine devraient être réglés et, avant d’affronter les Springboks à "Salta la linda"* et de rejoindre le Japon, une réaction est attendue dans ce secteur de jeu.

Dix-neuf en-avant argentins à Brisbane !

Excepté dans ce secteur de la mêlée fermée, force est de constater les progrès constants des hommes de Mario Ledesma. Après avoir été à deux doigts de vaincre les All Blacks, les coéquipiers de Pablo Matera ont par moments pratiqué à Brisbane un très beau rugby, enchaînant jeu dans l’axe et attaques au large avec une précision redoutable, ne devant qu’à une litanie de maladresses leur deuxième défaite consécutive dans la reine des compétitions sudistes. En conférence de presse, l’ancien talonneur de l’ASMCA expliquait : "Ce fut une rencontre désordonnée, bordélique. Nous avons été dominés en touche et en mêlée et surtout, nous avons commis dix-neuf en-avant face aux Australiens. Avant de prétendre à autre chose, il nous faut d’abord apprendre à garder la tête froide près des zones de marque, ne pas devenir fous dès que nous sommes en position de marquer."

*Salta la belle

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir