• Jean Baptiste Gros (Toulon)
    Jean Baptiste Gros (Toulon) Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Top 14

Revue de l'élite (Piliers) - On prend les paris : Gros, c’est du lourd ; Bamba de "la bomba"

Vous allez forcément nous dire qu’on ne prend pas beaucoup de risque et vous aurez raison. Demba Bamba n’est plus un pari, il est l’avenir du rugby français au poste de pilier. Seulement, certains l’oublient, ce jeune joueur qui a grandi en Seine-Saint-Denis et qui a gravi les échelons petit à petit évoluait encore en Pro D2 la saison dernière avec le CA Brive-Corrèze. Un statut qui ne l’a pas empêché d’obtenir en novembre dernier ses premières sélections avec le XV de France. À tout jamais, il restera donc dans l’histoire. Demba Bamba s’était déjà fait remarquer en juin 2018. Avec ses potes de l’équipe de France des moins de 20 ans, il avait décroché le titre de champion du monde. Depuis, son ascension est fulgurante. L’an prochain, il découvrira donc le Top 14 avec le LOU. Mais avant cela, il aura goûté à son premier Mondial. Rien que ça. Le sélectionneur Jacques Brunel, en effet, n’a pas hésité à sélectionner ce gamin de 21 ans pour défendre les couleurs tricolores au Japon en septembre et octobre prochains. Une nouvelle expérience pour le futur Lyonnais dont il sortira forcément plus riche et plus fort. À coup sûr, il sera une des attractions du Top 14 la saison prochaine.

Mais Demba Bamba ne sera pas seul. Un autre pilier semble suivre ses traces quasiment à l’identique. Le Toulonnais Jean-Baptiste Gros, déjà sacré en 2018 champion du monde des moins de 20 ans avec Bamba, vient, lui, de réussir le doublé en Argentine. Un bel exploit. Surtout, ce pilier gauche a d’ores et déjà démontré ses aptitudes pour le très haut niveau. S’il a été sacré, il y a quelques semaines, champion de France Espoirs avec le RCT, il a déjà la confiance du manager varois Patrice Collazo. Avant même d’avoir fêté des 20 ans, Gros a commencé onze rencontres de Top 14 et figuré sur dix-neuf feuilles de match. Avec un franc succès. Gros a brillé par son activité et sa capacité de déplacement. Mais pas seulement. Dur sur l’homme, il est un très bon défenseur, se faisant rarement prendre à défaut. Pour lui aussi, l’avenir semble radieux.

Enfin, il n’est plus vraiment un jeune espoir, mais Wilfried Hounkpatin, 28 ans, arrivé à Castres sur la pointe des pieds l’été dernier en provenance de Rouen (Fédérale 1) a montré de belles aptitudes. Son parcours est peu commun, hors des cadres de la formation classique d’un rugbyman. Arrivé au rugby à 18 ans et après quatre ans passés en Fédérale 1 à Rouen, il a découvert le Top 14 l’an passé dans le Tarn. Avec une vraie réussite. Après Christophe Urios, sa progression passera entre les mains de Mauricio Reggiardo. Forcément, un gage de qualité.

Sur le même sujet
Réagir