Publié le / Modifié le
Préparation Coupe du monde

Valence, l’heure du rugby

C’était l’une des constantes de ces premières semaines de travail, au centre national de Marcoussis comme à Monaco : allier le travail énergétique à celui du projet de jeu. Un leitmotiv simple, qui consistait - dans les grandes lignes - à travailler le physique avec le ballon, en commençant à familiariser les Bleus avec les nouveautés concoctées par le staff, sous l’influence nouvelle de Fabien Galthié. Reste qu’au rythme de quatre sessions par jour (une de musculation, une de travail par ligne, une de travail par groupe et une autre de collectif total), l’essentiel demeurait malgré tout du registre du physique, l’objectif du staff tricolore étant de préparer les joueurs à affronter les plus hauts niveaux d’intensité possible, avec, en point d’orgue, les trois jours « noirs » du début de semaine, qui correspondaient aux séances les plus difficiles depuis le début de la préparation, avant cinq jours de repos bien mérités pour tout le monde.

Mêlées, touches, renvois, lancements...

Et maintenant ? S’il ne s’agit surtout pas de baisser de volume en matière d’intensité physique, l’intérêt du prochain stage de Valence consistera à entrer davantage dans le détail en matière de rugby. C’est-à-dire, commencer à aller chercher les détails dans la compréhension du projet de jeu, mais surtout en matière de collectif par ligne, travail que les Bleus n’ont pour l’heure fait qu’effleurer. Touches, mêlées, renvois, lancements de jeu : ce sont toutes ces phases de jeu si spécifiques qu’il s’agira d’aborder plus avant. Pas une sinécure pour les quatre derniers « vrais » jours pleins de préparation de la bande à Brunel, avant le début des matchs amicaux… 

Sur le même sujet
Réagir