Publié le / Modifié le
Saga Montpellier

Ligne par ligne : constance et polyvalence

Arrières > Sans faire de bruit, Henry Immelman s’est imposé comme le numéro un au poste l’an dernier (19 titularisations). à 24 ans, cet athlète puissant et endurant, décisif offensivement (8 essais), doit encore progresser en défense. Secteur dans lequel Benjamin Fall excelle. Déterminé, il veut retrouver sa place, alors que la recrue Anthony Bouthier (lire ci-dessous) compte gagner la sienne. Ce "match" à trois est ouvert.

Ailiers > Freiné par son genou abîmé, toujours strappé aujourd’hui, Nemani Nadolo ne sera probablement plus jamais à 100 %. Mais le magicien fidjien retrouve ses sensations et devrait vite redevenir décisif à chacune de ses sorties car il reste un joueur hors normes. Retraité international depuis peu, Timoci Nagusa était à l’heure à la reprise. Un fait rarissime, annonciateur d’une grande saison ? Possible car l’îlien, moins performant depuis deux ans, reste un chasseur d’exception (9 essais en 2018-2019). Gabriel N’Gandebe a lui changé de dimension. Réputé pour sa vitesse, l’ailier de poche s’est amélioré sous les ballons hauts comme sur les placements défensifs, et prouve ainsi qu’il peut être un premier choix. Doués et en devenir, Calum Randle et Pierre Tournebize seront en apprentissage.

Centres > Les "Surdoués" font la paire. L’un, Yvan Reilhac, sort de sa plus belle saison à Montpellier et fut même l’un des meilleurs Héraultais ; pendant que l’autre, Arthur Vincent, s’est affirmé chez les pros, en décrochant au passage un second titre de champion du monde avec les moins de 20 ans. Ces deux jeunes talents ont tout pour incarner le nouveau projet de jeu, à condition de "déloger" Jan Serfontein. Trieur de ballons hors-pair, travailleur acharné, le Springbok doit montrer plus en attaque pour être indiscutable. Vincent Martin, très intéressant au centre, aura lui un rôle clé à jouer dans la rotation. Actuellement au Rugby Championship (deux fois remplaçant et utilisé), François Steyn, écarté l’an passé, reste un sacré joueur. En quête de rédemption, il peut changer la donne à son retour.

Ouvreurs > Avant l’arrivée de la star Handré Pollard, c’est Aaron Cruden qui assurera l’intérim jusqu’en décembre. Non conservé, le All Black a accepté de modifier sa dernière année de contrat pour devenir le joker Coupe du monde de… son futur remplaçant ! Convaincant en fin de saison, il sera précieux. De son côté, le jeune Thomas Darmon, dont le potentiel n’est plus à prouver, devra s’affirmer dès qu’il en aura l’occasion. Car une inconnue nommée Johan Goosen demeure. Toujours blessé, il paye encore sa coupure de près de deux ans. Parviendra-t-il à se reconstruire physiquement ? Difficile à dire. Mais, s’il y parvient, ce "utility player" souvent utilisé en 10 par Vern Cotter (douze matchs pour quinze joués) a un tel talent qu’il peut aussi s’imposer au centre ou à l’arrière.

Demi de mêlée > Homme clé de la révolte, Benoît Paillaugue est, par son aura et sa vista, un cadre incontournable. Indiscutable. Derrière lui, Enzo Sanga, qui s’est distingué lors de la préparation physique, sera à la lutte avec le vétéran Kahn Fotuali’i pour une place de suppléant. Le Samoan (37 ans), arrivé tardivement, pourra aussi apporter son expérience au prometteur Gela Aprasidze, actuellement avec la Géorgie.

Numéros 8 > En l’espace de deux saisons, Louis Picamoles a marqué 21 essais en club. Impressionnant. Essentiel aussi dans le combat, le capitaine va manquer à son équipe durant la Coupe du monde. Un période qui doit permettre à Caleb Timu (25 ans) de se faire un nom. Sosie de Nadolo, formé au XIII, cet international australien est un joueur puissant, très habile techniquement.

Troisième ligne aile > La lutte promet d’être rude avec sept candidats déclarés pour deux places. Avant le retour de Yacouba Camara, devenu vital aux Cistes par son explosivité et sa capacité à se démultiplier, c’est Fulgence Ouedraogo et Kélian Galletier qui partent favoris aux "ailes". Étendard du club, "Fufu" reste précieux en défense comme en touche. Son partenaire, formé en numéro 8, misera lui sur sa vitesse et son intelligence tactique pour se relancer. Et il faudra aussi compter sur le guerrier Julien Bardy. Pour sa probable dernière saison, il aura aussi pour mission d’encadrer Kévin Kornath et Lucas De Coninck (retour de prêt), proches de son profil. Auteur d’une belle saison, Martin Devergie a franchi un palier et aura son mot à dire

Deuxième ligne > Blessé durant la préparation du XV de France, Paul Willemse ne verra pas le Japon. Intraitable en Top 14, il doit encore gagner en mobilité pour retrouver le niveau international. Nicolaas van Rensburg et Jaques Du Plessis sont eux aussi de redoutables concurrents. Très utilisé et excellent l’année dernière, dans la "cage" comme en numéro 8, "Thor" paraît indéboulonnable. Capitaine de touche l’an passé, Van Rensburg jouit également d’une grosse activité. La lutte sera serrée. Dense et dur au mal, Konstantin Mikautadze (en ce moment avec la Géorgie) tentera lui de se faire une place. à l’instar de Julien Ledevedec, qui aura un rôle clé à jouer dans la formation des espoirs Matthias Bastide et Jimmy Maximin.

Piliers > Privé de son meilleur droitier durant le Mondial, Levan Chilachava, Montpellier n’a recruté aucun droitier. Et a seulement fait "rempiler" Jannie Du Plessis, très peu utilisé l’an dernier, comme joker. Un pari risqué à la vue de l’instabilité de la mêlée bleue et blanche, déjà perdant dans le passé. Sauf si Antoine Guillamon, à l’aise dans le jeu au courant, tient sur la durée sans se blesser, pendant que Mohamed Haouas poursuit sur sa belle lancée et que Daniel Brennan se révèle. à gauche, en l’absence du taulier Mikheil Nariashvili, c’est Grégory Fichten qui démarrera. Pilier moderne, très actif dans le jeu courant et impactant en défense, il revient de blessure. à l’instar de l’espoir Ushangi Tcheishvili, très solide en mêlée. Le jeune Jiff géorgien, Luka Azariashvili, est un pilier polyvalent d’avenir qu’il faudra surveiller.

Talonneurs > 147. C’est le nombre de sélections cumulées par les deux "talons", Guilhem Guirado et Bismarck Du Plessis. Infatigable combattant, l’ancien Toulonnais vient relever un dernier défi dans l’Hérault (après la Coupe du monde), où il pourrait partager la place de titulaire avec le Sud-Africain. à 35 ans, le cadet des frères Du Plessis, redouté dans les rucks, reste un client. Mais attention aux talentueux Vincent Giudicelli (retour de blessure après une longue absence) et Youri Delhommel, très actifs en attaque comme en défense.

Julien Louis
Sur le même sujet
Réagir