• Denis Marchois (Pau)
    Denis Marchois (Pau) Icon Sport -
Publié le / Modifié le
Saga Pau

Marchois : plaqueur né

Devenu titulaire indiscutable lors des trois dernières saisons à agen, il a décidé de se lancer dans un nouveau challenge en s’engageant avec la Section.

Il n’arrive pas à la section avec un CV ronflant. Mais s’il n’a aucune sélection internationale au compteur, contrairement à la majorité des recrues paloises, Denis Marchois a néanmoins un titre à faire valoir. Un qui ne se célèbre pas pendant toute une semaine mais qui compte. Celui de meilleur plaqueur du dernier championnat, devançant tous les troisièmes lignes ailes et les sécateurs connus du Top 14. Le deuxième ligne qui arrive d’Agen n’a pas encore un nom qui affole les foules mais qui attise la curiosité des entraîneurs depuis quelques saisons. Son transfert a d’ailleurs été révélé très vite l’an passé. Avant même les vacances de Noël, Denis Marchoix avait donné son accord à la Section pour trois saisons. Il était la première recrue d’un club béarnais content de rafler la mise alors que les propositions étaient nombreuses. "J’avais envie de changer d’air, de connaître un autre projet, de vivre une nouvelle aventure. J’ai voulu que ça soit officiel assez tôt pour me concentrer essentiellement sur le maintien du SUALG. Cela m’a aussi permis de me préparer à mon départ et je n’ai pas trop réalisé ce qui se passait en fin de saison ", répond l’intéressé sans sourciller, même s’il avait donné son accord au moment où Simon Mannix était encore aux commandes. "J’ai suivi les changements de la saison dernière de l’extérieur et puis j’ai appelé Antoine Erbani pour savoir un peu ce qui se passait. Et puis après j’ai pu échanger avec Nicolas Godignon donc j’étais rassuré. Ce que j’ai pu voir du club depuis que je suis arrivé me plaît. C’est ce à quoi je m’attendais donc je suis ravi. "

Surtout il a pu compter sur son ancien capitaine à Agen Antoine Erbani pour le guider dans sa nouvelle vie. "Il m’a même hébergé pendant les quinze premiers jours", poursuit l’enfant de Castillon-la-Bataille qui avait rejoint le SUA à 18 ans. "Il a été important d’autant plus que j’ai beaucoup de choses nouvelles à appréhender. Rien n’est laissé au hasard, tout est très précis, et tout ce que l’on fait est décortiqué. Pour l’instant, nous avons beaucoup travaillé la défense et j’essaie de comprendre le système. Mais Nicolas Godignon ne me met pas de pression particulière. Il me dit que ça va aller." Même si Denis Marchois a fini meilleur plaqueur du championnat, il ne compte pas se reposer sur ses lauriers. Son humilité, son désir d’apprendre, son sens du collectif lui ont permis de rapidement s’intégrer dans sa nouvelle formation. "J’ai senti un groupe qui se sert de la saison dernière comme source de motivation. Les joueurs ne veulent plus vivre ça et ça se sent dans cette préparation qui est assez musclée. " Lui non plus n’a pas quitté Agen pour jouer le maintien avec sa nouvelle formation. Alors il compte encore plaquer à tour de bras.

Sur le même sujet
Réagir