• "Faire ce match était une évidence"
    "Faire ce match était une évidence" DR - DR
Publié le / Modifié le
Entretiens

Auradou et Laussucq : "Faire ce match était une évidence"

Après avoir collaboré durant six saisons sous les couleurs montoises, les deux techniciens se retrouvent pour la première fois en tant qu’adversaires. un moment forcément particulier !

Midi Olympique : Quelques mois à peine après la dissolution de votre duo, vous allez vous retrouver l’un contre l’autre pour jouer ce match amical. Pourquoi ce match ?

Christophe Laussucq : On cherchait un premier match amical, Mont-de-Marsan aussi. J’ai demandé à "Bibi" Auradou s’il était intéressé, il m’a donné son accord. Au départ, on devait les accueillir mais on se rendra finalement dans les Landes. Après, pour ces matchs de préparation, je n’ai pas l’habitude de me focaliser sur l’adversaire. En quelque sorte, peu importe qui on affronte, ce qui compte, c’est le rendu de mon équipe.

David Auradou : C’est un match que l’on a prévu dès la fin de la saison dernière. En dehors du contexte de préparation, ce match est intéressant car les deux équipes n’évolueront pas dans la même division cette saison. Ainsi, il n’y a pas de risque de se croiser lors des premières journées de championnat comme cela peut arriver quand on affronte des équipes de même niveau.

Cela ne vous fait rien du tout de vous retrouver ?

C. L. : Non, je suis très heureux de revenir là-bas. Je vais retrouver des visages connus, des gens avec qui j’ai passé six ans. C’est un club particulier pour moi et ma famille. Le Stade montois, ce sera toujours mon club. C’est la première fois aussi que je vais affronter "Bibi" en tant que coach. Je connais ses compétences et, finalement, je ne suis pas mécontent que cela se fasse lors d’une rencontre amicale…

D. A. : Je suis bien évidemment très heureux de le retrouver, même si la pression sera sur ses épaules ! (rires) C’est lui qui revient à Mont-de-Marsan. Blague à part, faire ce match était une évidence. Il n’y a qu’un peu plus d’une heure de route entre les deux villes, nous nous connaissons très bien. L’idée est vraiment de se faire bosser mutuellement. Connaissant son petit côté compétiteur, je me doute que ce match ne sera quand même pas anodin et qu’il aura à cœur de montrer le meilleur visage de son équipe.

"Faire ce match était une évidence"
"Faire ce match était une évidence" - DR

Qu’attendez-vous de cette rencontre ?

C. L. : On sort sur un premier bloc de travail important. Je veux voir mes joueurs en condition compétition. On amène avec nous dix-sept contrats espoirs et j’ai envie de voir ce qu’ils valent. L’entraînement, c’est bien, mais rien ne vaut un test à balles réelles. Ce sera aussi, pour nous, la première opposition à quinze contre quinze. Jusqu’à présent, nous avons fait du jeu avec ballon mais par ateliers, en petits groupes. J’attends de voir si notre système offensif commence à être assimilé par le groupe ou encore comment sera la redistribution dans les déplacements, même si je ne me fais pas trop d’illusion.

D. A. : Du côté montois, ce sera le deuxième match après la rencontre jouée face à Pau la semaine dernière en ouverture des fêtes de Ger. Nous sommes en pleine préparation physique et rugbystique et ce match sera l’occasion de nous jauger face à une autre équipe de Top 14. Cette saison, nous avons fait le choix de nous évaluer face à des équipes de l’élite. Ce choix est assumé, l’idée est de mettre les joueurs en difficulté, de travailler "dans le dur" pour monter en puissance avant notre premier bloc de matchs de championnat. On sait à quel point l’entame de la compétition est importante et nous ne voudrons pas rater la marche.

C. L. : Je n’ai jamais vu un match amical de très haut niveau. Et c’est normal. Les ballons tombent, les joueurs se plantent. Et c’est fait pour cela. Nous sommes encore dans une phase de préparation, ce ne sera qu’une première évaluation.

Ces matchs amicaux sont-ils si importants que cela ?

C. L. : Oui car c’est dans ces matchs-là que tu te rapproches le plus d’un état d’esprit de compétition. Notre objectif, à Agen, c’est d’être prêts pour l’ouverture du Top 14 où nous enchaînerons deux réceptions. Pour le moment, mon groupe me fait une bonne impression, il n’y a pas de fainéants.

D. A. : Oui, ces rencontres sont importantes mais il faut raison garder. L’objectif n’est pas d’être champions du monde des matchs amicaux. L’idée première est de s’offrir une bonne base de travail pour poursuivre la préparation. Il faut être focalisés sur la reprise du championnat. On veut voir du monde. Comme face à Pau, nous ferons jouer deux XV distincts, un par mi-temps.

Réagir