L'anecdote historique : le jour où Heyneke Meyer a présentéses excuses à toute une nation

  • Le jour où Heyneke Meyer a présentéses excuses à toute une nation
    Le jour où Heyneke Meyer a présentéses excuses à toute une nation Bpi / Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’Afrique du Sud possède un des plus beaux palmarès du rugby mondial avec, notamment, deux Coupes du monde dans sa vitrine à trophées. Mais elle a aussi vécu, à ses dépens, la plus grande surprise de l’histoire. Nous sommes le 19 septembre 2015. Les Boks débutent la Coupe du monde en terres britanniques par un duel face au Japon. Les Nippons surprennent le public de Brighton et leurs prestigieux adversaires en jouant sans complexes. Tout le monde s’attend finalement à voir Jean de Villiers et ses partenaires prendre le dessus. À l’heure de jeu, un essai de Strauss converti par Pollard place d’ailleurs les Boks en tête (29-22). La loi du plus fort allait donc une fois encore finir par s’imposer… Mais la terre se met à trembler dans le Sud de l’Angleterre. À dix minutes du coup de sifflet final, Goromaru ramène le Japon à portée. Surtout, au bout du suspense, cinq minutes après la sirène, Hesketh s’en va aplatir en coin l’essai de l’égalisation (32-32). Tout un stade et deux pays retiennent leur souffle quand le buteur s’élance, du bord de ligne.

Sa tentative passe et acte le plus grand coup de théâtre jamais vu sur la scène internationale : le Japon vient de dominer l’Afrique du Sud, 34 à 32, en ouverture de Coupe du monde. Quelques minutes après, Heyneke Meyer se présente devant la presse et s’adresse à tout un pays en ces termes : « Il me faut présenter mes excuses à toute une nation. L’équipe n’a pas fait assez. C’est inacceptable et j’en assume l’entière responsabilité. » Le capitaine Jean de Villiers ne voyait plus qu’un moyen pour laver cet affront : « C’est terriblement décevant. C’est un énorme coup mais ce n’est pas une catastrophe. Il nous faut tout gagner désormais. Ce sera le meilleur des tests pour juger le caractère de cette équipe. » Ironie de l’histoire, l’Afrique du Sud terminera finalement première de son groupe, devant… l’Écosse, et montera sur la troisième place. L’honneur était sauf, au moins.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?