• Charles Ollivon (à droite) lors d'un entraînement des Bleus
    Charles Ollivon (à droite) lors d'un entraînement des Bleus Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Préparation Coupe du monde

Ollivon marque des points

Quels joueurs parmi les six réservistes de la liste de de 37 ont une chance de brouiller les cartes avant le Mondial ? Le troisième-ligne toulonnais pourrait changer de statut durant cet été.

Trente et un joueurs français s’envoleront pour le Japon, mais ils sont 37 à participer à la préparation : 31 "titulaires" et six "suppléants". Un choix original du staff tricolore alors que ses prédécesseurs et ses alter ego préféraient convoquer un groupe indifférencié avant de le réduire le moment venu. Mais au prix de phrases un peu alambiquées, Jacques Brunel a laissé entendre que les "réservistes" conservaient quand même une chance d’intégrer le groupe final (même hors cas de blessure) puisque la liste définitive doit être envoyée le 2 septembre à World Rugby.

D’ici-là, les Bleus auront joué trois matchs de préparation. Cette compétition interne sera l’un des enjeux du stage espagnol. à Marcoussis et à Cap d’Ail, trois joueurs ont marqué des points. D’abord les deux troisième ligne : Charles Ollivon en premier lieu et François Cros, dont les performances physiques et l’implication ont été remarquées à l’occasion de séances physiques très copieuses.

Ollivon n’a plus été sélectionné depuis février 2017. Après deux grosses blessures, il a repris la compétition fin mars avec Toulon, il est visiblement en train de retrouver toute sa plénitude. Son habileté gestuelle en fait un candidat naturel aux joutes les plus exigeantes. il est donc en position d’aiguillon vis-à-vis de Louis Picamoles (plus vieux que lui) et de Gregory Alldritt (plus jeune) à moins qu’il ne remplace in extremis un flanker. François Cros fait partie des présélectionnés à zéro sélection. Il continue à surfer sur la fin de saison euphorique de Toulouse. Sa présence dans la liste des 31 avait été évoquée sérieusement. Fabien Galthié et Laurent Labit avaient défendu sa cause.

S’il doit titiller quelqu’un, ce serait le Montpelliérain Yacouba Camara. Un troisième homme a marqué des points lors des dures journées de Marcoussis et de la Côte d’Azur, l’ouvreur toulonnais Anthony Belleau. Nous l’avions trouvé très bon lors de la dernière journée du Top 14 sur la pelouse de Castres. Il n’a plus débuté un test depuis juin 2018, mais Romain Ntamack, la sensation de l’année écoulée, a fini la saison laborieusement (remplaçant en finale et en demie européenne). Évidemment, il faudra en faire beaucoup pour rebattre les cartes avant le 2 septembre. La tendance restait à la stabilité avant le rendez-vous de Valence. Mais la menace d’un vrai coup de Trafalgar flotte encore dans l’air.

Voir les commentaires
Réagir