• Le pilier lyonnais a été ménagé cette semaine mais sa participation au Mondial n’est, pour l’heure, pas compromise.
    Le pilier lyonnais a été ménagé cette semaine mais sa participation au Mondial n’est, pour l’heure, pas compromise. Raul Mula Iborra - Raul Mula Iborra
  • Encore une interrogation
    Encore une interrogation Raul Mula Iborra - Raul Mula Iborra
  • Encore une interrogation
    Encore une interrogation
Publié le / Modifié le
Préparation Coupe du monde

Bamba : encore une interrogation

Le jeune pilier a été annoncé quasiment guéri d‘une hernie discale vendredi. Mais samedi, il a évité les séances avec opposition, cuisse apparemment douloureuse. Le pronostic de participation reste favorable au champion du monde U 20 2018.

C’est une phrase que Jacques Brunel n’a pas pu s’empêcher de lâcher très vite vendredi : "Nous pouvons compter sur tout le monde. Je veux dire que tout le groupe est apte à s’entraîner, toutes les petites blessures ont été évacuées et donc on peut s’entraîner au complet. Reste Demba Bamba qui doit encore faire attention sur les contacts mais il va y entrer progressivement. Mais sinon il fait tout le reste. C’est une bonne nouvelle mais c’est le processus que l’on attendait. Il a vu le professeur qui l’a opéré et lui a donné l’autorisation de reprendre normalement avec une progressivité en ce qui concerne la mêlée notamment…" Demba Bamba sur le terrain, ce fut la première information de ce stage espagnol. Le cas du pilier phénomène champion du monde des moins de 20 ans 2018 faisait partie des grosses interrogations de ce stage d’avant-saison, même si l’idée de son forfait n’a jamais été évoquée.

Opéré le 3 juin

On rappelle qu’il a été opéré le 3 juin d’une hernie discale, ce qui lui avait coûté les deux derniers matchs décisifs de la saison du CA Brive (finale de Pro D2 face à Bayonne, barrage face à Grenoble). Hernie discale, rien que le nom de la pathologie fait peur, elle est parfois la cause de longues indisponibilités. Ce n’était pas le cas du pilier de Brive qui sera lyonnais la saison prochaine. A priori, les clignotants sont au vert, avec un léger temps d’avance même si vendredi soir, on parlait encore de certaines précautions. "Il a recommencé à goûter les contacts mais il n’avait pas encore fait les séquences avec plaquages, ni les premières mêlées ", nous expliquait alors son coéquipier talonneur, Camille Chat.

En effet samedi, nous avons guetté les attitudes du jeune pilier de 21 ans. Silhouette affinée, regard volontaire, il fut en effet sollicité lors des ateliers défensifs, au contact des gros boudins de plaquages, il a aussi fait sa part de travail sur les ateliers consacrés à la touche et aux tâches de protection qui incombent aux piliers. Mais pas plus que la veille, il n’a pas participé aux séances de mêlées face au joug et a fortiori en opposition réelle. Nous l’avons vu aussi actif sur les protections en touche. On l’attendait évidemment lors des mini-matchs en opposition. Et puis, on le vit s’isoler, rester en marge des débats féroces qui s’enclenchaient, assis sur un banc de bois. L’information se propagea, touché à la cuisse droite, Demba Bamba devait à nouveau renoncer à la séance de "vrai rugby". Pas d’affolement, mais un geste à l’adresse du médecin en montrant la région douloureuse. Pas de glace, pas de bandage, mais il fut cruellement condamné à l’inactivité alors que les autres se rentraient dedans. Simple pépin de reprise a priori. Demba Bamba n’était décidément pas prédestiné à vivre une préparation tranquille de son premier Mondial "adulte". On se souvient de ses déclarations chez nos confrères de RMC après son passage sur le billard : "J’avais un peu peur car je ne m’étais pas fait opérer auparavant, dit-il. Savoir que j’allais être endormi pendant une heure et demie, j’ai paniqué ! Ma mère encore plus. (Sourire) Mais le chirurgien, qui est un spécialiste dans ce domaine, m’a dit que ça allait bien se passer et qu’après l’opération et la rééducation, j’allais revenir deux fois plus fort et deux fois plus solide. Si tout se passe bien, je serai paré à rejouer fin août. " Son destin s’est tellement accéléré depuis juin 2018… Mieux vaut prendre ces pépins comme un prix à payer de cette ascension express.

L’ambition est claire désormais : être en pleine forme en vue de la Coupe du monde au Japon. Une compétition que le champion du monde des moins de 20 ans, l’an dernier, avait peur de ne pas disputer. "Oui, comme tout le monde, je ne savais pas si j’étais dans la liste, surtout avec la blessure. J’ai paniqué. Mais c’était mon but à tout prix. On m’a parlé de l’opération. On m’a dit que si je me faisais opérer, je pourrais reprendre à temps."

Sur le même sujet
Réagir
Les commentaires (1)
CasimirLeYeti Il y a 17 jours Le 08/08/2019 à 18:24

C'est TRÈS important qu'il fasse cette coupe du monde quitte à être remplaçant ou dans les tribunes et même qu'il reste s'il est blessé... On va gagner du temps pour la prochaine CDM 2023 en FRANCE !!!