• Gérald Bastide, entraîneur de la défense de Perpignan
    Gérald Bastide, entraîneur de la défense de Perpignan Midi Olympique / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Saga Perpignan

Bastide : « L’agressivité sera le maître-mot »

De retour à Perpignan, où il a évolué comme joueur dans les années 90, le technicien va entraîner pour la première fois un club professionnel.

Midi Olympique : Gérald, c’est la première fois que vous entraînez au sein d’un club professionnel. Pourquoi avoir fait le choix de rejoindre l’Usap ?

Gérald Bastide : C’est vrai que c’est une première expérience. J’avais envie de retrouver régulièrement le terrain, c’est-à-dire au jour le jour, ainsi que la compétition plus régulièrement que ce que j’avais connu avec la Fédération. J’ai tout fait pour m’intégrer rapidement. Et puis l’avantage, c’est surtout que je connaissais les valeurs que développaient les personnes avec qui j’allais entraîner (Patrick Arlettaz et Perry Freshwater, N.D.L.R.). Pareil pour les joueurs. Je suis content de retrouver notamment des joueurs que j’ai connus en équipes de France jeunes.

Vous retrouvez-vous dans l’identité et l’ADN de Perpignan ?

G.B. : J’ai commencé le rugby à la JOP de Prades, puis j’ai joué à l’Usap. Et c’est vrai que l’on reste marqué toute sa vie par les valeurs que produit ce club. J’étais très content d’être ici en tant que joueur, et je le suis tout autant aujourd’hui en tant qu’entraîneur.

 

On vous annonce spécialiste de la défense et de la technique individuelle. Expliquez-nous votre philosophie de jeu et votre fonctionnement…

G.B. : On essaye de mettre en place des systèmes cohérents par rapport au collectif et au jeu que l’on veut produire. L’idée, c’est d’être agressif et précis en même temps. Aujourd’hui, je pense que le plus important, c’est la capacité des équipes à bien gérer et à être performantes lors des phases de transition. On a mis l’accent là-dessus, aussi bien que sur les lancements de jeu, les pertes de balles, les montées lorsque l’on joue au pied ou encore lorsque la défense est franchie. C’est le challenge que l’on a, avoir une bonne ligne et être performant et lucide lors des transitions.

 

La défense était le gros point faible des Sang et Or la saison passée. Avoir un effectif revanchard est-il une force ?

G.B. : Je crois qu’il y avait du travail, mais il y avait aussi une bonne base, une base saine. Le fait d’y travailler et de construire là-dessus est intéressant. Il y a de la revanche et une volonté de faire beaucoup mieux, de se dépasser. L’agressivité sera offensive et défensive. Ce sera le maître mot du projet de cette année. Les joueurs savent d’où ils viennent, les erreurs à ne pas commettre à nouveau, et surtout les efforts à faire pour retrouver une dynamique positive.

 

Enfin, quel est votre style de management ?

G.B. : Je pense qu’il y a une certaine pédagogie à avoir, et une autonomie aussi. Il faut savoir faire confiance aux joueurs, et être capable de prendre les rênes quand ça ne va pas. Il faut être exigeant avec les joueurs je pense, exigeant et juste. Ces deux points, c’est le meilleur comportement à adopter selon moi. Ce qui est bien fait, il faut le dire. Et ce qui n’est pas bien fait aussi, peu importe le joueur que nous avons en face. 

Emilien VICENS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir