• Vingt-trois des vingt-six joueurs du groupe champion de France vont repartir à l’assault d’une nouvelle saison, en Crabos désormais.
    Vingt-trois des vingt-six joueurs du groupe champion de France vont repartir à l’assault d’une nouvelle saison, en Crabos désormais. DR - DR
Publié le / Modifié le
Reportages

Béziers : Génération dorée

Champion de France Gaudermen l’an passé, les cadets biterrois ont réalisé le doublé cette saison, en s’imposant dans la catégorie "reine".

«L’année prochaine, en Alamercery, le noyau du groupe sera conservé. Nous commençons à nous projeter. Et quand on est champion, on essaye toujours de l’être à nouveau l’année qui suit.» Promesse tenue. Ses mots prononcés l’été dernier, le capitaine biterrois Lenni Nouchi sont devenus aujourd’hui une réalité. Les Rouge et Bleu sont à nouveau champions de France et réalisent donc le «doublé». Quel exploit !

Toujours aussi «besogneux», comme ils aimaient se définir l’an passé selon le coach des trois-quart Pascal Proveda, les Héraultais ont su évoluer pour surmonter les difficultés rencontrées cette année. Plus attendus par une concurrence accrue, moins nombreux, ils se sont inclinés trois fois en poule. Là où ils avaient terminé invaincus l’an dernier. «Les défaites de Grenoble et Montpellier, où nous prenons une trentaine de points et une leçon de rugby à la clé sur la seconde, nous ont permis de vraiment redescendre sur terre. à partir de là, nous avons reposé les bases de travail et notre volonté de développer du jeu de mouvement», ajoute-t-il.

Des phases finales maîtrisées

Un tournant selon le coentraîneur (avec Samuel Nouchi), révélateur du caractère de cette équipe : «Ce qui caractérise ce groupe, c’est cette capacité à ne pas avoir trop de limites et à très vite comprendre les choses, une fois qu’il les ont acceptées. Ils devaient sentir que ça allait leur apporter un plus. C’est une forme de maturité et de cohésion. En phases finales, hormis contre La Rochelle, qui avait un gros collectif, nous avons rencontré de très belles individualités mais pas de collectif aussi abouti que le nôtre. C’est une grosse satisfaction.»

Après avoir été accrochés en huitième de finale par les Rochelais, les Biterrois vont se montrer intraitables. Ils dominent stratégiquement Montpellier et Massy, avant de livrer un récital de jeu de mouvement face à Agen en finale. La montée en puissante parfaite. Un «doublé» qui appelle un «triplé» ? «Sur un groupe de vingt-neuf joueurs, vingt-six seront conservés. Il y a donc un fil conducteur avec cette génération à fort potentiel», conclut Pascal Proveda. De bon augure…

Julien Louis
Sur le même sujet
Réagir