• Jake McIntyre à Agen
    Jake McIntyre à Agen Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga Clermont

McIntyre : L’attaquant racé

Le numéro 10 néo-zélandais débarque à Clermont pour montrer toutes ses qualités offensives. il aura une vraie carte à jouer en l’absence de Camille Lopez.

À 25 ans, Jake McIntyre franchit un nouveau cap dans sa progression et débarque chez un cador du Top 14. Débarqué à Agen en 2017 en provenance des Queensland Reds, le demi d’ouverture devra assumer un nouveau statut. Sauf cataclysme sans précédent, pour la première fois de sa jeune carrière en France, l’ouvreur néo-zélandais n’entendra jamais parler de maintien cette saison et aura un rôle à jouer dans la quête d’une équipe qui visera rien moins que le Bouclier de Brennus.

Camille Lopez parti défendre la patrie au Japon, Jake McIntyre voit poindre une occasion en or de tirer son épingle du jeu dans une des plus belles écuries de France. Et si son nom n’est pas aussi ronflant que certains de ses compatriotes néo-zélandais, Jake McIntyre n’en demeure pas moins un redoutable joueur de rugby qui, s’il est en confiance, peut créer de la magie sur un terrain. Mauricio Reggiardo, son entraîneur lors de son aventure agenaise, détaille : «Jake est avant tout un formidable attaquant. Un joueur techniquement très complet, qui dispose d’une excellente vision du jeu. Pour une équipe qui veut produire un rugby offensif, basé sur la conservation du ballon, il est un excellent choix. Il n’a pas un gros gabarit (1,77 m, 86 kg, N.D.L.R.), mais il est bon plaqueur et ne rechigne pas face au travail obscur en défense. C’est un vrai ouvreur, formé à l’école du Sud, qui a le rugby dans le sang.» Les recruteurs clermontois ont aussi pu être séduits par ses lignes statistiques face aux perches.

Fiable au pied

Car son jeu au pied est fiable. L’homme a terminé la dernière saison dans le top 10 du «ranking» des meilleurs réalisateurs de l’exercice (neuvième, 149 points marqués, 77 % de réussite). Au vrai, il ne doit son passage sur le banc en fin de saison qu’à une petite baisse de régime physique et à l’éclosion du talentueux Léo Berdeu qui marchait sur l’eau et qui s’est montré décisif à des moments clés de la fin d’exercice des Agenais. Mauricio Reggiardo reprend : «C’est très difficile d’être très performant sur les dix mois que dure la saison. En fin d’exercice, c’est Léo qui était le plus performant, qui avait gagné sa place dans notre fonctionnement à la méritocratie. Mais cela n’enlève rien au bien que je pense de Jake et au fait que je suis très content de l’avoir eu sous mes ordres pendant deux ans à Agen. Si on veut produire un jeu offensif, c’est un joueur qu’il est bon d’avoir dans son équipe !» Dans une équipe à la puissance de feu quasiment sans égal en Europe, le Néo-Zélandais devrait s’épanouir et terminer son éclosion…

Sur le même sujet
Réagir