• Adrien Séguret (Mont-de-Marsan)
    Adrien Séguret (Mont-de-Marsan) Midi Olympique / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Pro D2

Séguret : Un puncheur dans le moteur

Prêté par le Lou, le jeune trois-quarts centre, en manque de temps de jeu, arrive dans son nouveau club sans états d’âme, plein d’enthousiasme et bien décidé à croquer le rugby à belles dents.

À tout juste 21 ans, Adrien Séguret a déjà la tête sur les épaules et la ferme intention de profiter de sa venue à Mont-de-Marsan pour continuer de grandir et de progresser. «Après deux saisons à Lyon, nous sommes tombés d’accord avec Pierre Mignoni sur le fait qu’il me fallait enchaîner du temps de jeu après avoir joué quelques matchs de Coupe d’Europe et de Top 14. C’est à ce moment-là que David Darricarrère m’a sollicité. C’était l’opportunité pour moi de venir dans un club qui joue régulièrement le haut du tableau en Pro D2, avec un entraîneur que je connaissais, ce qui facilite l’intégration.»

Voilà donc le champion du monde des moins de 20 ans, sacré en 2018 sous les ordres du nouveau coach montois, installé depuis peu à Mont-de-Marsan. Une recrue de choix pour le club landais et un profil de joueur qui devrait convenir parfaitement au projet du staff jaune et noir. «Je me définirais plutôt comme un puncheur capable d’amener de la puissance et de la vitesse sur la ligne d’affrontement, avec une bonne lecture des situations. J’espère pouvoir apporter à l’équipe dans ce domaine. Ma priorité, c’est vraiment d’être au service du collectif, de mettre mon énergie et ma fraîcheur à la disposition du groupe, dans un club dont la culture me convient parfaitement. Et si j’ai la chance de jouer régulièrement, je sais aussi que je vais progresser dans certains domaines qu’il me faut améliorer.»

« Noyau dur très soudé »

C’est donc avec beaucoup d’appétit qu’Adrien Séguret, formé à Albi, passé par le pôle espoirs du Stade toulousain et par toutes les sélections de jeunes via le pôle France de Marcoussis, découvre son nouvel environnement et ses nouveaux coéquipiers : «Je suis heureux d’arriver dans cette région qui me rapproche de chez moi. J’ai la sensation qu’il y a un potentiel très intéressant pour faire de belles choses, avec un noyau dur très soudé autour de Julien Tastet, de Rémi Talès, de Julien Cabannes entre autres et des jeunes qui vont apporter beaucoup de fraîcheur et d’enthousiasme. Il nous reste des choses à régler sur le plan du jeu pour être sur la même longueur d’onde, mais j’ai hâte d’entrer dans la compétition.»

Les supporters montois, de leur côté, sont impatients de voir à l’œuvre ce jeune talent qui incarnera peut-être, dans les mois à venir, ce rugby offensif que les entraîneurs souhaitent mettre en place, fait de vitesse et de prises d’initiatives. Et tant pis si Adrien Séguret, la saison prochaine, retourne à Lyon comme cela est déjà prévu. Il a une année de rugby pour donner du plaisir et en prendre. Souhaitons-lui d’y parvenir, pour le bonheur du Stade montois. 

Pierre BAYLET
Réagir