• Le nom de la compétition change mais cela n’empêche pas Tyrosse de gagner : champion de France Teulière en 2013 et 2017, le club landais, en entente avec Soustons, Capbreton-Hossegor et Saint-Jean-de-Marsacq, remporte un troisième bouclier en six ans.
    Le nom de la compétition change mais cela n’empêche pas Tyrosse de gagner : champion de France Teulière en 2013 et 2017, le club landais, en entente avec Soustons, Capbreton-Hossegor et Saint-Jean-de-Marsacq, remporte un troisième bouclier en six ans. DR / DR
Publié le / Modifié le
Reportages

Tyrosse : L’union les fait champions

La formation tyrossaise, enrichie de celles de ses voisins, fait toujours merveille. Les cadets de l’Entente ramènent un nouveau bouclier.

Troisième titre en six ans dans la même catégorie. Peu commun, en restant invaincus de la saison, tout comme en 2017. Et pourtant, à l’issue de la phase de poule (quatorze victoires pour quatorze matchs), les Landais ne savaient pas trop bien à quoi était dû cet excellent début de championnat. «Nous ignorions si la poule était faible, explique Frédéric Mendez, ou si nous étions vraiment au-dessus du lot. Même si nous avions une petite idée.» Il s’avérait que la poule de Nouvelle-Aquitaine était plutôt d’un niveau relevé, avec des équipes comme Dax, Aire-sur-l’Adour. Et pourtant, l’entente Côte Sud Landes avait nettement dominé, s’octroyant aussi dix bonus offensifs.

Une fois qualifiés, le plus délicat était de maintenir les jeunes en alerte et dans leur condition optimale. Se profilaient huit semaines d’attente avant la phase finale. Les coachs ont alors choisi de mêler leurs cadets aux Phliponneau, de deux et trois ans leurs aînés. Et pour mieux les aguerrir encore, ils leur avaient programmé deux matchs face à Agen-Bon Encontre et Pau, formations hiérarchiquement plus élevées. «En deux matchs, dévoile l’entraîneur, nous avons découvert notre potentiel.»

Les pénibles

L’obstacle le plus dur à franchir fut les 32e de finale, face à Rodez, malgré une domination franche. «Le premier match éliminatoire, explique Frédéric Mendez, est le match piège. C’est celui qui lance la compétition. C’est Tournefeuille, le champion en titre, qui nous a fait le plus souffrir.» Pour arriver à passer ces obstacles, les coalisés ont beaucoup travaillé sur eux. «Nous avons appris à rester concentrés, à rester calmes, continue l’entraîneur. Surtout après le huitième de finale. Ce n’était plus la même équipe.» Alors, cette équipe à fort caractère, surnommée d’ailleurs «Les pénibles», avec sept première année dans le groupe, s’en allait cueillir un nouveau titre.

Qui met en valeur, une fois de plus la formation de ce coin des Landes. Quatre clubs composent cette entente : Tyrosse, Soustons, Capbreton-Hossegor et Saint-Jean-de-Marsacq. à qui il ne manquera maintenant qu’un maillot aux couleurs des quatre clubs réunis. Pour mieux revendiquer et asseoir ce formidable travail collectif.

Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir