• Trevor Nyakane sous le maillot des Boks
    Trevor Nyakane sous le maillot des Boks PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
International

Afrique du Sud : Black power

Ce samedi, à Salta, Rassie Erasmus va renouveler l’expérience, tentée en cours de rencontre face à la Nouvelle-Zélande il y a deux semaines. Exit Steven Kitshoff, Malcom Marx et Frans Malherbe. Place à une première ligne composée de Tendai Mtawarira, Bongi Mbonambi et Trevor Nyakane. La dernière fois, c’était le 9 juin 2018 à l’occasion de la réception de l’Angleterre (victoire 42-39) à l’Ellis Park de Johannesburg.

Pour Mtwarira, 34 ans désormais et 109 sélections au compteur, cela semble aller dans l’ordre des choses vu le niveau actuel de «The Beast», qui a mis sur le reculoir tous ses adversaires en mêlée fermée dans ce Rugby Championship. Pour Mbonambi (28 ans, 28 sélections) et Trevor Nyakane (30 ans et 39 sélection), le protégé de l’ancien Toulousain Daan Human, la surprise est un peu de taille. Matt Proudfoot, le spécialiste des avants boks, avait prévenu que des changements dans le huit de devant seraient à prévoir. Et il y a fort à parier que celui-ci ne perde au change. Il faut dire que l’entrée de la première ligne sud-africaine remplaçante avait impressionné tous les observateurs à Wellington.

Mallett impressionné par Nyakane

À commencer par Nick Mallett. L’ancien sélectionneur springbok a salué, au micro de Sport 24, le travail effectué notamment par Trevor Nyakane sur le flanc droit de la mêlée. «Ce fut un remplacement crucial. Lorsqu’il est rentré, les Boks ont commencé à dominer en mêlée et ils ont obtenu une pénalité qui leur a permis d’avoir un ballon d’attaque essentiel», clamait Mallett. Rassie Erasmus voit lui «une bonne opportunité» dans cette association des trois joueurs évoluant dans trois provinces différentes (Mtawarira aux Sharks, Mbonambi aux Stormers, Nyakane aux Bulls) : «Nous connaissons tous la grande menace et difficulté que représente la mêlée argentine, la fameuse bajadita…» Que dire de sa propre première ligne…

DIAZ Enzo
Sur le même sujet
Réagir