• eddy Iribaren, qui a étrenné son premier capitanat pour cette rencontre amicale, et les Franciliens se sont montrés davantage opportunistes que les Brivistes.
    eddy Iribaren, qui a étrenné son premier capitanat pour cette rencontre amicale, et les Franciliens se sont montrés davantage opportunistes que les Brivistes. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Match amical

Brive - Racing 92 : Iribaren prend du grade

Pour leur première sortie, les Ciel et Blanc, sérieux, réalistes, l’ont emporté. C’était aussi le premier capitanat de l’ancien Briviste, amené à prendre plus de responsabilités au sein du groupe.


«Teddy, reviens chez nous… » Vendredi soir, à Biars, le coup de sifflet final a lancé un envahissement général de la pelouse. Teddy Iribaren, ancien de la maison briviste, a alors vu des dizaines de supporters se ruer en sa direction. Au nombre de sollicitations, le numéro 9 était seulement devancé par Teddy Thomas, en survêtement. Le demi de mêlée a passé seulement deux années en Corrèze mais a visiblement marqué les esprits : « C’est très plaisant de revenir dans le coin, sourit le natif de Toulouse. J’ai adoré jouer dans ce club et j’y ai gardé beaucoup d’attaches. »
Le succès du jour restera anecdotique ou presque à ses yeux : «Il n’y a pas grand-chose à en retenir. L’état d’esprit était plutôt présent. On s’est rassuré sur ce point. Sur le fond du jeu à proprement parler, il n’y a presque rien à retirer. L’entame a été bonne et il y a eu un peu de contenu en deuxième mi-temps mais, globalement, l’équipe n’a pas réussi à tenir le ballon et à imposer son rythme. C’est Brive qui a eu la mainmise sur le jeu. » Cette première sortie aura surtout marqué son premier capitanat, au sein d’un XV de départ de haut vol où figuraient entre autres Eddy Ben Arous, Jordan Joseph, Henry Chavancy,Brice Dulin ou encore Juan Imhoff : « Ça m’était déjà arrivé en cours de match l’an passé mais ça ne l’avait pas encore été officiellement, au début. Je suis très heureux de ça. »

« Ce qui me manque ? Un titre »
Cette montée en grade devrait s’inscrire sur la durée. L’intéressé reste quelque peu évasif sur le sujet, en attendant la communication du club : « Il y a eu des discussions. Cela va être annoncé bientôt. Je ne veux pas m’étaler. Je pourrai davantage en parler quand ce sera dit à tout le groupe. » Arrivé en 2017 et aligné à plus de cinquante reprises depuis, le demi de mêlée va se voir confier plus de responsabilités au sein du vestiaire, à bientôt 29ans. Un témoignage de confiance pour le joueur, en fin de contrat et déterminé à vivre sa plus belle saison en ciel et blanc : « Le Racing, c’est un grand club et ce qui me manque depuis le début de ma carrière, c’est de gagner un titre. Donc, j’en veux absolument un. Rien de plus. »
Le Toulousain d’origine comptera parmi les forces vives de l’équipe, dès la reprise, aux côtés des grands oubliés du Mondial, Brice Dulin, Juan Imhoff et autres Eddy Ben Arous. Son associé au poste, Maxime Machenaud, va lui probablement s’envoler pour le Japon : « Pendant dix matchs, il ne sera pas là. Pendant ce temps, j’aurai Sam Hidalgo-Clyne à mes côtés. C’est un international écossais, ce n’est pas rien. Il nous tarde que Max rentre car on aura besoin de lui pour gagner un titre. Mais en attendant que tout le monde soit présent, d’autres vont avoir leur chance. Les jeunes qui ont eu été alignés pour ce premier match ont prouvé que le collectif pouvait compter sur eux. C’est positif pour la suite. » Un vrai discours de capitaine.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir