• ierre Aguillon a livré un match plein pour permettre aux Maritimes de remporter ce match contre Clermont.
    ierre Aguillon a livré un match plein pour permettre aux Maritimes de remporter ce match contre Clermont. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Clermont - La Rochelle : Pierre angulaire

Plein de hargne et de motivation, le trois-quarts centre rochelais a rendu une belle copie contre Clermont.

Il n’avait pourtant pas le bandeau sur la tête qui le caractérise, lui, Pierre Aguillon, le combattant, habitué aux joutes acharnées du Top 14 et reconnu pour son engagement physique total sur le terrain. Ce qui ne l’a pas empêché de mettre la tête là où d’autres s’engagent avec plus de parcimonie. Surtout lors d’un match « amical ». Comme l’ensemble des joueurs rochelais sur le terrain, il s’est envoyé. À la grande satisfaction de leur entraîneur, Jono Gibbes : « Avec seulement quatre semaines de préparations, et majoritairement du physique, les joueurs ont été plutôt à leur avantage malgré la fatigue. »
À 32 ans maintenant, Pierre Aguillon n’est plus à présenter. Contrarié par les blessures l’an passé et loin de son meilleur niveau, il reste néanmoins un des cadres de l’effectif rochelais. Ceux sur lesquels le staff de Jono Gibbes veut s’appuyer pour guider la nouvelle génération, amenée à prendre rapidement le relais et à combler l’absence des internationaux partis pour le mondial japonais.

Au centre de l’attaque

Toujours disponible dans le jeu courant et constamment au soutien du porteur de balle, Pierre Aguillon avait des fourmis dans les jambes. Sans aucun doute, le trois-quarts centre a marqué des points auprès du staff rochelais. Les esprits aussi. Intenable en attaque, il marque le premier essai de son équipe (21e) avant de délivrer une passe décisive pour son demi de mêlée, Berjon (59e). En défense, le Rochelais ne s’est, là non plus, jamais échappé. Naqalevu, le centre clermontois, envoyé à plusieurs reprises en perforateur dans la défense rochelaise a été muselé. Sur chaque prise de balle du puissant fidjien, le Rochelais lui plongeait dans les jambes. Mieux encore, Aguillon, qui lâche pourtant quelques kilos à son adversaire direct, lui a même assené quelques gros tampons, faisant frissonner le public de Beaublanc.
Joueur complet au tempérament bien trempé, le natif de Lourdes est aussi un véritable leader de jeu. Sur le terrain, en tout cas, cela s’est ressenti. Au milieu d’une ligne de trois-quarts rajeunie (Goillot, Lafage, Tirefort, Railevu, Plessis, Boudehent), Aguillon semble apporter confiance et sérénité par son expérience tout d’abord mais aussi par son jeu, toujours au service du collectif. Aussi, quand il s’agit de reconnaître sa (très) bonne prestation personnelle, lui botte en touche, préférant souligner l’état d’esprit qui a permis à La Rochelle de prendre le meilleur sur une équipe clermontoise encore en rodage. « L’engagement, c’est l’essence de notre jeu. Tu ne peux pas dire aux jeunes de s’envoyer et ne pas le faire aussi de ton côté. Les jeunes poussent et il faut gagner sa place tous les week-ends. Quand ils font un bon match comme ce soir, on est obligé de se sublimer », souligne le joueur français, convoqué à plusieurs reprises avec les Barbarians français, antichambre du XV de France.
Une chose est sûre, pour leur premier match de la saison, Aguillon et les Rochelais ont rapidement retrouvé des automatismes. Surtout de l’efficacité. « On venait ici pour jauger notre état d’esprit et valider les premières semaines de travail. Rugbystiquement nous savions que tout n’allait pas être parfait. Au-delà de ça, nous avons montré notre envie et notre détermination sur le terrain. C’est une grosse satisfaction même si, finalement, ce match a peu de valeur. » Conscient que le scénario sera tout autre dans 15 jours pour les retrouvailles au Michelin pour la première journée de championnat, il l’assure : « Nous n’avons pas encore trop travaillé les systèmes de jeu. Nous n’avons pas encore tout vu ». Ça promet…

Lény-Huayna TIBLE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir