• à l’image de ses partenaires, l’ouvreur Handré Pollard a été impérial sur la pelouse de Salta, avec trente et un points au compteur. Les Sud-Africains remportent un premier trophée en 2019 ; une victoire qui pourrait leur donner un surplus d’ambition pour le Mondial.
    à l’image de ses partenaires, l’ouvreur Handré Pollard a été impérial sur la pelouse de Salta, avec trente et un points au compteur. Les Sud-Africains remportent un premier trophée en 2019 ; une victoire qui pourrait leur donner un surplus d’ambition pour le Mondial. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Rugby Championship

Les Boks en démonstration

Après ce succès en Argentine, les Springboks s’adjugent le Rugby Championship pour la première fois depuis l’intégration des Pumas, avec une génération qui arrive à maturité.

Devant la télévision, il y a les paisibles et les agités. Autant dire que les Sud-Africains faisaient partie de la deuxième catégorie, à leur réveil à Salta. À 7 heures, ils étaient déjà tous debout pour suivre l’aller de la Bledisloe Cup entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande. L’exploit qu’ils devaient tant espérer fut accompli par les Wallabies. Il suffisait donc aux Springboks d’un bonus défensif pour remporter ce titre attendu depuis dix ans. Mais ils ont fait bien plus, l’emportant largement avec le bonus offensif.

La défense, d’abord, car comme face aux All Blacks, on a vu une ligne d’avantage farouchement disputée, ponctuée de plaquages très rugueux. La mêlée a été impressionnante, tordant presque à chaque fois le pack des Pumas, obtenant de surcroît trois pénalités précieuses réussies par le futur Montpelliérain Handré Pollard. Car le jeu au pied a été la clé de ce match, cantonné à un pragmatisme poussé à l’extrême. L’enjeu était de taille, le jeu en a donc souffert. Outre le choix récurrent de la pénalité, on a vu le demi de mêlée Faf De Klerk multiplier les renvois au pied, même depuis ses 40 mètres.

Prêts pour les grands rendez-vous

Cette jeune génération de Boks, que l’on voit émerger depuis un an et demi à peine, connaît donc son premier succès majeur et vient donc tirer un trait sur dix années sans titre pour la sélection arc-en-ciel. Une grande victoire basée sur un retour aux bases de ce jeu et quelques facteurs X. Et aussi beaucoup d’efficacité dans l’axe grâce à des prodiges de puissance tels qu’Etzebeth, Vermeulen et Mbonambi. Mais la chance de l’Afrique du Sud, ce fut l’indiscipline excessive des Argentins, chose rare au niveau international. Les poussées en mêlée illicites mais comment ne pas citer la charge sans ballon de Tetaz Chaparro sur De Klerk, gratifiée de trois points, ou la balle éjectée bêtement d’un ruck argentin sur la ligne médiane qui aboutira sur l’essai de Mbonambi sur ballon porté après une superbe course de la recrue toulonnaise Eben Etzebeth. Pourtant, la sélection sud-africaine était menée dès la 2e minute après la réalisation de Cordero bien trouvé sur l’aile droite par la vista et le pied de Sanchez. Mais elle ne s’est pas inquiétée, attendant sagement les erreurs prolifiques d’un adversaire dépassé.

Si les sensations se firent rares dans cette partie assez stéréotypée, on note toutefois la très belle revanche d’Handré Pollard, pas certain de sa place de titulaire à l’aube de ce tournoi, et auteur de trente et un points, dont un doublé. Face aux perches, il a raté une seule tentative. Dans le jeu, celui qu’on retrouvera dans le Top 14 s’est montré des plus opportunistes, en profitant d’ouvertures créées par ces partenaires et en ayant le bon tempo. Ajoutez donc à ce pack perforant et cet ouvreur prolifique, un meneur tel que Klerk et un dynamiteur comme Cheslin Kolbe, vous obtenez une sélection terriblement dangereuse qui arrive à maturité, à y voir sa partition à Salta. À six semaines du Mondial, le message est passé.

Sur le même sujet
Réagir