• Luc Aymeric (Bayonne) contre Pau
    Luc Aymeric (Bayonne) contre Pau Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga Bayonne

Ligne par ligne : Les jeunes en découverte

Arrières > Surprise de la fin de saison dernière, Aymeric Luc va découvrir le Top 14 où il pourra faire valoir ses qualités de relanceur. Dans un profil similaire, mais avec un brin d’expérience supplémentaire, Julien Tisseron voudra profiter pleinement d’un championnat auquel il avait déjà pu goûter en 2016. Ce sera le grand saut pour l’ancien Massicois Johannes Graaf qui, après avoir joué le maintien en Pro D2, sera propulsé face à l’élite du rugby français.

Ailiers > Arrivé du Stade français cet été (voir le portrait), Djibril Camara, et ses douze saisons dans l’élite, s’avance comme un titulaire en puissance. Qui occupera la place sur l’autre aile ? Plusieurs profils s’offrent à Yannick Bru. Latu Latunipulu a envoyé valser quelques défenseurs de Pro D2 l’an dernier. Sean Robinson, qui peut aussi glisser au centre, a de réelles qualités athlétiques. Arthur Duhau, habile sous les ballons aériens, vient du cru. Il aura également sa chance, tout comme Rémy Baget, prometteur, avant de se blesser à une épaule en novembre dernier.

Centres > Vice-capitaine en Pro D2 l’an dernier, Peyo Muscarditz va poursuivre son ascension et forcément progresser au contact des plus grands. L’expérience et la solidité de Romain Barthélémy sont attendues au centre de l’attaque ciel et blanche pour gérer les temps forts et temps faibles et venir épauler le demi d’ouverture. Au rang des joueurs déjà de l’aventure, les jeunes Yan Lestrade et Guillaume Martocq, deux gros défenseurs qui manient le ballon avec adresse, tenteront de grappiller du temps de jeu même si la mission sera compliquée. Tout comme Maile Mamao qui sort de deux grosses blessures à un genou. Chez les recrues, Malietoa Hingano vient se relancer après deux saisons pendant lesquelles il a très peu joué à Clermont, puis au Stade français. À Bayonne, il retrouvera son ancien coéquipier de La Rochelle Alofa Alofa, dont l’explosivité doit servir pour faire la différence. Callum Wilson est au club pendant la durée de la Coupe du monde.

Ouvreurs > Titulaire sur la fin de saison dernière, puis pendant les phases finales, Manuel Ordas va, lui aussi, disputer ses premières minutes en Top 14 et mettre à profit sa patte droite et son sens des initiatives. Il partagera le poste avec l’ancien Columérin, Brandon Fajardo, de quatre ans son aîné, qui possède déjà un petit bagage à ce niveau, puisqu’il y a disputé trente rencontres et qui fut très bon dans l’animation sur le premier match amical. Thomas Dolhagaray sera très probablement utilisé en Challenge Cup.

Demi de mêlée > Pour sa neuvième saison avec l’effectif pro, Guillaume Rouet est un des cadres de cet effectif. En forme depuis son retour de suspension au mois de novembre 2018, il devra apporter toute son expérience au groupe ciel et blanc. Il partagera le poste avec Emmanuel Saubusse, bon buteur et gestionnaire, qui possède également un solide acquis du haut niveau. Mais la hiérarchie pourrait être bousculée par la recrue australienne Michael Ruru, qui arrive de Melbourne où il était la doublure de Will Genia. Le jeune et prometteur Hugo Zabalza, visiblement passé devant Enzo Hardy dans la hiérarchie, essaiera de grappiller du temps de jeu.

Numéros 8 > Meilleure recrue l’an passé, Filimo Taofifenua a impressionné son monde par sa mobilité et sa capacité à manier la balle. Sera-t-il aussi à l’aise en Top 14 ? Recruté de Massy à l’intersaison, André Gorin doit peser par sa puissance derrière la mêlée. Dans un même registre, Mathew Luamanu devra amener toute sa densité dans le jeu et pourra également évoluer sur l’aile de la troisième ligne, voire dans la cage. Le jeune Mattin Bidegain, capitaine des espoirs, pourrait être mis à contribution en Coupe d’Europe.

Troisième ligne aile > Capitaine la saison passée, Antoine Battut aura la responsabilité d’emmener ses troupes au combat chaque week-end. Il aura également un rôle à jouer dans l’alignement. Son "élève", Baptiste Héguy, auteur d’une excellente saison en Pro D2, pourrait exploser en Top 14 tant ses capacités sont grandes. Armandt Koster, qui peut jouer deuxième ligne, fera peser sa densité physique et ses qualités athlétiques. Au rang des "plaqueurs-gratteurs", Jean Monribot va retrouver un public qui l’a tant chéri et sa hargne sur le terrain devrait en porter plus d’un. Arnaud Duputs, après une saison blanche, voudra goûter à nouveau aux joies de la compétition et se mêlera à la rotation, tout comme Benjamin Collet, lorsqu’il sera remis de sa rupture du ligament croisé d’un genou. Toujours dans un rôle similaire, le jeune Tom Darlet emmagasinera de l’expérience et sera mis à contribution dans la rotation. Tiuke Mahoni est à découvrir.

Deuxième ligne > Arrivé de Bordeaux-Bègles, Mariano Galarza et son passé d’international doivent permettre au pack de l’Aviron de gagner en assurance. Au poste de numéro 4, il collaborera avec le talentueux et aérien Guillaume Ducat, quand ce dernier sera à nouveau opérationnel (voir l’atout technique). La puissance et mobilité du Namibien Pieter Jan Van Lill offriront une alternative au staff pour composer dans la cage, alors que dans un rôle de 5, les puissants Adam Jaulhac, Edwin Maka et Evrard Oulaï-Dion se partageront les tâches ingrates.

Piliers > À gauche, on retrouvera encore et toujours le "papa" du groupe, Aretz Iguiniz. Mais il pourrait être bousculé par son cadet Ugo Boniface, auteur de très belles sorties en Pro D2. Capable de jouer des deux côtés, Viliamu Afatia doit emmener de la stabilité dans le secteur de la mêlée, tout comme l’ancien Racingmen Census Johnston à la carrière colossale. À droite, Toma’akino Taufa part avec une longueur d’avance. S’il est en forme, le Tonguien devrait occuper une place de titulaire. Luc Mousset, qui continue son apprentissage, tout comme Jon Zabala, devraient toutefois disposer de temps de jeu pour prouver qu’ils ont leur place à ce niveau. Arrivés de Fédérale, Swan Cormenier et Jean-Baptiste De Clercq (passé par Mont-de-Marsan et le Stade français) sont face à un gros défi.

Talonneurs > Numéro un au poste, le Namibien Torsten Van Jaarsveld manquera le début du championnat à cause de la Coupe du monde. En attendant son retour, des points seront à marquer. Seront-ils pour son joker José Ramon Ayarza Saporta ? Ou pour le discret, mais précieux Maxime Delonca ? À moins que le mobile et explosif Maxime Lamothe, prêté par l’Union Bordeaux-Bègles, ne vienne bousculer la hiérarchie. Ismaël Martin, après avoir fait la préparation physique avec le groupe professionnel, sera peut-être utilisé en Challenge Cup.

Edmond LATAILLADE
Sur le même sujet
Réagir