• Le troisième ligne Loïc Rouquette, qui a fêté ses 22 ans ce mercredi, devrait trouver une place dans l’alignement aurillacois face à Narbonne ce vendredi. Photo Icon Sport
    Le troisième ligne Loïc Rouquette, qui a fêté ses 22 ans ce mercredi, devrait trouver une place dans l’alignement aurillacois face à Narbonne ce vendredi. Photo Icon Sport Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Match Amical

Narbonne - Aurillac : changer de dimension

Pour leur dernier match de préparation, Narbonne et Aurillac s’affrontent dans l’optique de jouer les premiers rôles à la rentrée en Pro D2 et Fédérale 1.

"Ce qui signifierait une saison réussie, ce serait une place qualificative. Ce qui sera très difficile, mais c’est l’objectif fixé par le président ", explique Thierry Peuchlestrade, entraîneur d’Aurillac. Difficile, non pas au vu de la qualité de son groupe qui reste (quasiment) "le même " que la saison dernière, mais compte tenu de la concurrence dont est témoin le Pro D2. "C’est de plus en plus serré tous les ans, donc je ne suis pas surpris par le scénario de la saison passée. On était dans la lutte pour le maintien alors qu’on n’a jamais été dans les deux derniers. Ce qui n’a pas empêché d’être à deux doigts de descendre jusqu’à la fin. " D’autant plus que le coach aurillacois est conscient que "deux tiers des équipes peuvent prétendre à la qualification " dès la rentrée.

Il faudra évidemment faire abstraction de la 13e place obtenue sur la dernière édition afin d’avancer. Une saison à oublier, comme celle d’avant, afin de redevenir un véritable candidat au top 6 comme cela avait été le cas en 2015-2016 (où le club cantalou avait terminé troisième, N.D.L.R.).

Le nouveau nommé Racing Club Narbonnais a, quant à lui, décidé de s’attaquer aux équipes de Pro D2 pour parfaire son objectif de montée au niveau supérieur durant sa préparation. Avant Aurillac, les hommes de Laurent Balue ont disposé de Valence-Romans (26-21). Un succès de taille qui permet aux joueurs de pleinement se lancer à la conquête de l’élite avant même que la saison ne commence. Une nouvelle victoire confirmerait le renouveau entamé par l’arrivée de joueurs comme Smith, Visser ou encore Piukala. L’une comme l’autre, les deux formations sont lancées à la conquête d’une nouvelle dimension à prendre.

Un dernier match pour se roder

"Évidemment le collectif ne sera pas très huilé même si c’est de mieux en mieux. Mais les points fondamentaux seront les attitudes individuelles ", poursuit Peuchlestrade. Avant d’ajouter, "il y a des jeunes qu’il faut encore qu’on voie ". S’il faut arriver avec un maximum de certitudes le 22 août pour la reprise, le club n’en oublie pas pour autant les jeunes espoirs qui frappent à la porte de l’équipe professionnelle. Certains, dont le troisième ligne Loïc Rouquette (22 ans) et le demi de mêlée Bernard Reggiardo (22 ans), fils de Mauricio, auront l’occasion de faire leurs preuves dans un test grandeur nature.

Une chose est certaine, du côté aurillacois, la stabilité aura été de mise pour la saison 2019-2020 avec huit arrivés pour seulement dix départs. Tout le contraire des Narbonnais qui enregistrent pas moins de 25 recrues pour 26 joueurs remerciés. Avec cette volonté de faire mieux qu’une triste cinquième place trouvée en Fédérale 1 l’année dernière. Si on ne sait pas de quoi l’avenir est fait, Peuchlestrade, sans être totalement confiant préfère rester optimiste et aller de l’avant. Ce dernier en est persuadé, "il y aura des surprises " en Pro D2.

Dylan Munoz
Sur le même sujet
Réagir