• Atila Septar prend petit à petit ses marques et de la confiance à Pau : le week-end dernier, il a inscrit son premier essai sous ses nouvelles couleurs.
    Atila Septar prend petit à petit ses marques et de la confiance à Pau : le week-end dernier, il a inscrit son premier essai sous ses nouvelles couleurs. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Portraits

Septar : les ailes déployées

À 23 ans, Atila Septar, l’ancien espoir de Brive et Clermont entend s’affirmer au sein de l’effectif. Au poste d’ailier où le staff palois lui a proposé une reconversion.

Début janvier, quand le banc de touche de la Section a commencé à changer de locataire avec le remplacement de Carl Hayman, Atila Septar a soudainement vu réapparaître une vieille connaissance : "Je connaissais Nicolas Godignon de mes années espoirs à Brive, explique l’ancien international moins de 20 ans. C’est lui qui m’avait lancé dans le grand bain et qui m’avait même testé à l’aile. J’avais un très bon souvenir de lui. J’étais donc très content de le retrouver. Je connais sa façon de travailler et je sais qu’il peut faire progresser ce groupe."

Sur la deuxième partie de saison, l’ancien espoir de Clermont a pu gratter quelques feuilles de match : cinq, toutes compétitions confondues dont une à Marcel-Michelin, comme titulaire. Une petite ouverture appréciée par le jeune trois-quarts, après des années dans l’ombre, entre formation et rééducation : "J’ai beaucoup appris de mes années clermontoises même si j’ai été régulièrement blessé à l’époque. Et je suis content d’avoir pu gagner un peu de temps de jeu lors de ma première année à Pau même si je n’en ai pas eu autant que j’espérais. Après, je ne veux pas griller les étapes", tempère le fils d’Erdinci Septar, troisième ligne international roumain dans les années 90. À 23 ans, l’âge de la bascule entre espoirs et seniors, il entend enfin s’inviter durablement dans la rotation. "C’est le moment de passer un cap et de m’affirmer", avance-t-il.

"Je me sens à l’aise"

Cette intersaison lui permet de gagner du crédit en vue de cette saison charnière. À l’aile, où une reconversion lui tend les bras : "Je suis en train de changer de poste. Le staff m’a parlé de cette possibilité de passer à l’aile où il me verrait bien évoluer. J’ai été d’accord de suite. Du moment que je suis sur le terrain, ça me va très bien." Vendredi dernier, Atila Septar a allié l’agréable à l’utile en inscrivant son premier essai sous les couleurs paloises, lors du deuxième match de préparation de la Section à Bayonne (20-12). "Je n’avais plus qu’à aplatir en coin", modère-t-il. Comme un vrai finisseur, en somme… Le Briviste d’origine évalue sa progression : "Franchement, je me sens à l’aise et je prends du plaisir, c’est ce qui m’importe le plus. Je le ressens : j’ai hâte d’aller à l’entraînement, j’ai hâte de jouer les matchs… " L’élan positif a été initié dès le début de l’été. Le centre de formation a redoublé d’efforts pour réussir son passage à l’aile : "J’ai effectué un gros travail de prise de masse lors de l’intersaison. Comme je me sentais bien avec mon poids de la saison passée, j’ai décidé de me muscler. J’étais monté à 106 kg et, avec la course, je suis redescendu à 104. "

Seul candidat au-delà du quintal à ce poste du côté du Hameau, Atila Septar peut devenir une arme à nul autre pareil. Un possible atout caché pour une Section en quête de certitudes en vue de la reprise : "Dès à présent, il faut haïr la défaite et lancer la machine. Car face un promu, à domicile, il ne faudra pas se louper." Atila Septar connaît trop bien l’adversaire en question pour le sous-estimer : Brive pourrait réserver une mauvaise surprise à lui et ses partenaires.

Sur le même sujet
Réagir