• Alaska Taufa (Grenoble)
    Alaska Taufa (Grenoble) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga Grenoble

Ligne par ligne : Des espoirs à tous les étages

Arrières > Sur la ligne de départ, la place de titulaire semble bien sûr être destinée à Gaëtan Germain, demeuré au club malgré la descente et dont la précision face aux poteaux constituera un atout de choix dans le marathon du Pro D2. Pour le seconder, le club comptera en premier lieu sur Bastien Guillemin, plutôt ailier l’an dernier mais déjà aperçu au poste voilà deux ans. À noter que ce dernier sera concurrencé en premier lieu par son petit frère, Fabien Guillemin, ainsi que par le jeune Thibaut Trotta, intégrés à la préparation des pros.

Ailiers > Peu utilisé la saison dernière, la faute notamment à plusieurs blessures, l’enfant du club Lucas Dupont reviendra avec un appétit décuplé et se partagera le temps de jeu avec la flèche Raymond Rhule, dont on espérera qu’elle soit mieux servie que l’an dernier, sans oublier le toujours fiable Daniel Kilioni. Titulaire en fin de saison dernière, Bastien Guillemin constituera évidemment bien mieux qu’une alternative tandis que le club misera beaucoup sur le jeune Nathanaël Hulleu, au profil similaire à celui de Gervais Cordin.

Centres > On prend les mêmes, et on recommence. La paire titulaire de la saison dernière, composée d’Alaska Taufa et de Junior Rasolea, partira évidemment avec les faveurs des pronostics. Reste que Taleta Tupuola a démontré en fin de saison qu’il était bien mieux qu’une doublure, et que Pablo Uberti peut apporter beaucoup offensivement dans un registre davantage porté sur l’évitement. La concurrence fera d’autant plus rage que le club mise beaucoup sur l’éclosion du jeune Romain Fusier, qui pourrait constituer une des bonnes surprises de la saison.

Ouvreurs > Arrivé de Perpignan après une saison individuellement plutôt aboutie dans un dacre très difficile, Enzo Selponi part logiquement avec un a priori positif, et un statut de numéro un sur la ligne de départ. Reste que Franck Pourteau, un des grands artisans de la remontée de 2019, sera en embuscade non loin derrière, prêt à démontrer son allant offensif dans un contexte moins compliqué que l’an dernier. Le jeune Corentin Glénat, apparu à plusieurs reprises la saison dernière, complète un trio plutôt séduisant.

Demis de mêlée > Venu de Toulon, Éric Escande débarque en Isère bien décidé à faire la paire avec son cousin germain Enzo Selponi. Sauf que ce dernier s’est fait opérer de la cheville et manquera les deux premiers blocs de match, ce qui profitera évidemment au titulaire de la saison dernière Lilian Saseras, dont la combativité sera précieuse dans le contexte d’une Pro D2 qu’il connaît parfaitement. Comme l’an dernier, Jérémy Valençot complétera le trio de départ, en attendant le rétablissement de Théo Nanette, opéré des croisés, qui ne reviendra pas avant décembre. Les jeunes Ange Capuozzo (qui sort d’une belle Coupe du monde U20 avec l’Italie) et Florian Zupan auront quant à eux leur mot à dire.

Numéros 8 > Le FCG aurait pu longtemps pleurer le départ de Loïc Godener. Reste que celui-ci s’est doté avec Deon Fourie d’un joueur qui était titulaire en demi-finale avec le Lou l’an dernier, et devrait constituer un des meilleurs atouts du FCG cette saison. Pour le seconder, ce dernier pourra compter sur son ex-partenaire du côté de Lyon, Taï Tuifu’a, qui évoluera dans un registre totalement opposé, moins mobile et plus puissant. Thibaut Martel, titularisé à ce poste à Clermont l’an dernier, constitue une troisième option. L’espoir Dorian Bonnin cherchera, quant à lui, à marquer des points.

Troisième ligne aile > Absent surprise de la fin de saison dernière, Fabien Alexandre débutera l’année avec l’intention de prouver à ses détracteurs qu’ils avaient tort. Reste que la concurrence sera farouche avec Clément Ancely, excellent joueur de touche et révélation de la saison dernière, tandis que Thibaut Martel devrait trouver en Pro D2 le niveau idéal pour affirmer son caractère, et qu’Edgar Tuiniuku’afe souhaitera enfin franchir un cap. Avec le capitaine Steven Setephano pour garnir le côté fermé, sans oublier l’aérien Steeve Blanc-Mappaz et Antonin Berruyer (dont l’arrêt maladie court jusqu’à fin septembre), la troisième ligne iséroise semble bien garnie.

Deuxième ligne > Auteur d’une superbe saison gâchée par une blessure au doigt au pire des moments, Mickaël Capelli fait figure sur le papier de titulaire incontestable, tout comme Leva Fifita. Reste que le Tonguien disputera la Coupe du monde et n’arrivera que fin octobre, ce qui laissera le temps aux recrues William Demotte et Pierre Gayraud le temps de s’affirmer, après une saison où ils ont très peu joué. Autre recrue, Andreï Ostrikov manquera lui aussi le début de saison, puisqu’il disputera le Mondial en tant que capitaine de la Russie. Taï Tuifu’a sera aussi susceptible de descendre dans la cage en cas de besoin, tandis que le jeune Lilian Rousset cherchera à gagner ses premières minutes de jeu au niveau pro.

Piliers > Au poste si crucial de pilier droit, le meilleur recrutement du FCG a probablement été de conserver Davit Kubriashvili malgré la descente, d’autant que celui-ci n’a pas été sélectionné par la Géorgie pour la Coupe du monde. Avec Halani Aulika, l’équipe pourra ainsi compter sur deux joueurs expérimentés tandis que Mickaël Simutoga, arrivé de Clermont pour remplacer Ali Oz, aura tout à prouver. L’ex-Aurillacois Anthony Alvès, qui va se faire opérer d’une hernie inguinale, cherchera à son retour à bousculer cette hiérarchie tout comme le jeune Régis Montagne. À gauche, le numéro un se nomme JC Van Rensburg, qui a terminé la saison dernière sur les rotules. Ainsi, le staff comptera sur Dylan Jacquot pour alimenter davantage la concurrence, ainsi que sur les jeunes Éli Églaine (tout frais champion du monde moins de 20 ans) et Nika Gvaladze. La recrue venue de Chambéry Jérôme Rey, qui tentera sa première aventure au niveau pro, pourrait constituer la bonne surprise.

Talonneurs > Titulaire la saison dernière jusqu’à être privé des derniers matchs en raison d’une blessure à la cheville, Étienne Fourcade est demeuré au club malgré d’intenses sollicitations. Avec le retour au club de l’expérimenté Laurent Bouchet après deux saisons à Pau, le poste semble bien pourvu, d’autant que Sylvain Bégon comptera sur les éclosions des jeunes Lilian Rossi (21 ans) et Mathis Sarragallet (19 ans) pour tenir le poste en l’absence des premiers nommés, et pourquoi pas les concurrencer. N. Z.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir