• C’était le 23 juin à Samatan. Ce jour-là, l’AOC s’impose (25-23) et la joie audoise est bien légitime.
    C’était le 23 juin à Samatan. Ce jour-là, l’AOC s’impose (25-23) et la joie audoise est bien légitime. Photo DR / Photo DR
Publié le / Modifié le
Amateurs

Ouveillan-Cuxac : Les copains d’abord

Dans le sillage de Bertrand Artero et Guillaume Carruesco, l’entente audoise a attaqué le championnat de France sans la moindre pression. Un état d’esprit qui a mené au titre national.

Dimanche 23 juin à Samatan (Gers), au stade Pierre-Brocas, la finale nationale de Première Série entre l’entente Ouveillan-Cuxac-Sallèles-d’Aude (AOC) et Landes Océan n’a pas encore livré son verdict à moins d’une minute du temps réglementaire. Dans le money time, la formation landaise mène d’un point et prend une sérieuse option sur le titre. Dans ce match fou, débridé et échevelé, l’entente audoise hérite d’une pénalité en moyenne position. L’ex-Carcassonnais, Bertrand Artero, l’ouvreur et "papa" de ce groupe, montre naturellement les poteaux. Son ultime coup de pied est parfaitement ajusté, la balle de match se transformant en victoire (25-23). Après deux minutes interminables d’arrêt de jeu, Cuxac-d’Aude peut savourer son septième bouclier, Ouveillan sa troisième étoile et pour l’AOC une première consécration nationale. Un bouclier qui plonge ces trois villages du Minervois dans un bonheur immense.

Mais avant d’arriver à cette folle après-midi, tout a commencé au cours de l’intersaison 2018 lorsque deux enfants du pays, Bertrand Artero et Guillaume Carruesco, ont fait le choix d’achever leur carrière au sein de leur club d’origine. Deux éléments chevronnés pouvant se flatter d’une belle carte de visite. Le premier nommé a été sacré champion de Fédérale 1 en 2010 avec Carcassonne et a même connu le Pro D2 ; le second a fait les beaux jours de Montpellier XIII avant d’endosser avec succès les tuniques leucatoises et gruissanaises. «Bertrand et Guillaume sont d’excellents joueurs. De plus, ils ont un excellent esprit et se sont bien fondus dans le groupe où ils ont amené de la confiance. Avec l’apport de ces deux joueurs, au sein d’un collectif déjà de qualité, nous avions des ambitions, non pas celle du titre de champion de France, mais d’accéder en Promotion Honneur avec le souhait de proposer un jeu séduisant. Dans ce domaine, je pense que nous avons réussi puisque sur la totalité de la saison, nous avons inscrit plus de cent essais», fait remarquer Jean-François Beltran, le coentraîneur comblé (associé avec David Zanoni)

Boulogne-sur-Gesse : la défaite fédératrice

Lors de la phase qualificative, les Audois collectionnent les victoires, achèvent le championnat à la première place de leur poule, ce qui leur offre un double sésame, l’accession à l’étage supérieur et la qualification pour le championnat de France. Seulement, la belle machine se grippe en quart de finale d’Occitanie et Boulogne-sur-Gesse prive l’AOC d’une participation au dernier carré (défaite 18-17). «Ce revers est un mauvais moment dans la saison. Mais je pense qu’il a été fédérateur. Avant d’entamer le championnat de France, elle nous a remis les idées en place. Tout le monde voulait se racheter de ce faux pas», reprend Jean-François Beltran.

De plus, lors de la phase nationale, le groupe a retrouvé Bertrand Artéro, éloigné des pelouses après une opération à un ligament croisé, et a bénéficié de l’apport de l’excellent talonneur Nicolas Bourguignon (le fils de Gilles, en tutorat avec Leucate). Pendant cette épopée printanière, les fidèles supporters de l’entente ont eu bien des sueurs froides avec des succès étriqués face à Orange, Arcangues-Bassussarry (victoire aux tirs au but !) et Poussan. Il en fut de même fin juin à Samatan, jusqu’aux arrêts de jeu.

Ce sacre 2019 redore ainsi le blason d’Ouveillan, Cuxac et Sallèles-d’Aude, trois villages unis, plus pour le meilleur que pour le pire.

Didier NAVARRE
Réagir