• Match amical - Martin Devergie inscrit le premier essai des Montpelliérains. À ce moment-là, les Héraultais avaient la main sur le match mais cela n'allait pas durer...
    Match amical - Martin Devergie inscrit le premier essai des Montpelliérains. À ce moment-là, les Héraultais avaient la main sur le match mais cela n'allait pas durer... PHOTOPQR/CORSE MATIN/MAXPPP / PHOTOPQR/CORSE MATIN/MAXPPP
Publié le / Modifié le
Top 14

Montpellier - Toulon : Montpellier paie... cash

Battus par le RCT vendredi soir à Furiani, les Héraultais doivent, d’abord, s’en prendre à eux-mêmes. Ils ont manqué de lucidité et de discipline pour espérer l’emporter.

Au coup de sifflet final, l’impression côté héraultais était identique que ce soit du haut des tribunes avec le directeur du rugby Vern Cotter, qu’au niveau de la pelouse avec le manager Xavier Garbajosa et le troisième ligne Kélian Galletier : « Il en a quand même manqué beaucoup pour prendre le meilleur sur Toulon », vendredi soir au stade Armand-Cesari de Furiani pour cette affiche amicale de très haut-niveau à une semaine de la reprise du championnat. Et pour être mathématiquement exact, il a manqué aux Héraultais 55 minutes. Durant l’entame de match, le MHR a dominé son sujet, solide en défense, bien en conquête, Montpellier semblait évoluer un ton au-dessus de son adversaire. Les essais transformés de Devergie (7e) et Cruden dix minutes plus tard concrétisaient une emprise sur le match face à un RCT bien pâle souvent mis en difficulté sur les accélérations montpelliéraines.

Et puis, à partir de la 25e minute, trou d’air. Mais pas un petit, le genre de trou d’air qui vous fait reprendre très brutalement contact avec le sol. Montpellier, à l’instar de nombreux clubs privés de ses internationaux tous pays confondus, se mettait à bégayer. La conquête partait à la dérive et pire le MHR se mettait à la faute, payant cash son indiscipline, matérialisée par un premier essai de pénalité (27e) suivi, dans la foulée, par celui de Fresia (30e). Le pied de Carbonel engendrait la parité (14-14). Cette marque était celle de la pause et le deuxième acte beaucoup plus terne, ne faisait que confirmer l’impression générale, Montpellier était à la peine dans la conquête et se montrait une fois de plus indiscipliné, concédant un nouvel essai de pénalité (62e). Si l’on ajoute à cela deux cartons jaunes, il est évident que l’analyse d’après-match du troisième ligne Kélian Galletier était placée sous la signe d’une évidente lucidité : « Toulon a bien joué, mais de notre côté on a eu un énorme passage à vide à partir du milieu de la première mi-temps et puis je pense que physiquement nous avons baissé de niveau. Quand on combine tout cela il est évident qu’il est compliqué de pouvoir rivaliser avec Toulon. Quand la conquête est défaillante cela devient très dur. On a tenté des choses mais c’était bien insuffisant ce soir pour faire la différence. Il nous a manqué pas mal de choses pour inverser la tendance, même si nous avions bien débuté la rencontre. Si l’on regarde par rapport à nos deux premiers matchs amicaux face à Brive et Agen, nous sommes quand même en progrès, mais maintenant il va falloir régler ces problèmes liés à l’indiscipline et puis surtout tenir 80 minutes. Il nous reste une semaine pour y parvenir avant le début du championnat face à Castres. Nous avons une semaine devant nous, il va falloir être appliqué. »

« on se précipite trop »

Son de cloche, évidemment, identique du côté de Xavier Garbajosa. Meilleur marqueur d’essai du Top 14 à trois reprises, l’ancien arrière toulousain a du apprécier les trois essais inscrits par son équipe, mais cela a bien du mal à cacher une certaine déception : « Il manque pas mal de choses quand même. On ne peut pas prendre deux essais de pénalités dans un match. On paie comptant notre manque de discipline, si l’on ajoute les deux cartons jaunes, je crois que cela se passe de tout commentaire. C’est déjà là un point important et puis l’autre problème sur ce match c’est la conquête. Nous avons été bien dans cette rencontre durant les 20 à 25 premières minutes et puis nous avons subi. Nous avons manqué de maîtrise dans ce secteur et nous n’avons pas pu produire de jeu. Pourtant nous avons bien débuté, parce que nous avons été convaincants dans ce domaine en début de rencontre, nous avons pu prendre de vitesse notre adversaire et dès le moment où nous avons été moins bons dans la conquête, nous n’avons pas été mesure de produire du jeu. Ensuite nous nous sommes trop précipités. Ce soir on se pénalise tout seul. »
Montpellier a une semaine pour corriger le tir, sur le terrain de Castrais ambitieux, cette fois cela va compter pour de bon.

Hervé Mela
Réagir