• Les Aurillacois et leur troisième ligne Shaun Adendorff veulent bien débuter la saison à domicile contre Biarritz. Il faudra pour cela confirmer des matchs de préparation encourageants. Photo Icon Sport
    Les Aurillacois et leur troisième ligne Shaun Adendorff veulent bien débuter la saison à domicile contre Biarritz. Il faudra pour cela confirmer des matchs de préparation encourageants. Photo Icon Sport Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Aurillac : Faux pas interdit contre Biarritz

Les Cantaliens ouvrent le bal à la maison, face au Biarritz olympique. La victoire est impérative pour bien lancer le championnat.

Bien débuter un championnat est le meilleur moyen de libérer les esprits et satisfaire aux ambitions fixées. Tout le monde le sait. Mais à Aurillac cela prend peut-être encore plus d’importance après deux dernières saisons très compliquées. En plein festival international de théâtre de rue, le Stade va donc évoluer à la maison pour cette première journée, une première depuis très longtemps d’ailleurs, espérant, pour le coup, ne pas être le dindon de la farce.

Thierry Peuchlestrade a d’ailleurs préparé son groupe en conséquence. Pas tant sur le plan sportif car la préparation et les matches amicaux (deux victoires, une défaite 22-24 face au Stade français) ont plutôt donné satisfaction. Non, ce que veut et martèle le technicien depuis plusieurs semaines maintenant, c’est "un groupe de guerriers".

«Quantitativement, nous avons cette année un effectif conséquent avec près de 50 joueurs à disposition à l’entraînement. Cela fait donc du monde à voir, mais on s’appuie aussi sur une grosse ossature de la saison dernière. On a donc de quoi travailler et on a plutôt bien travaillé», avance le technicien.

Le bon travail, c’est aussi d’avoir su mettre dans la tête du groupe qu’il était capable de faire beaucoup plus que ce qu’il a proposé ces 24 derniers mois. De toute façon, les Aurillacois n’ont pas le choix. En attendant que l’ouvreur Niel Marais soit opérationnel ou le retour de Coupe du monde des internationaux géorgiens Merab Sharikadze, Giorgi Tsutskiridze et Beka Saginadze, les Rouge et Bleu se doivent de faire le plein.

«Faire preuve d’un plus grand d’engagement»

Le plein de points et donc le plein de confiance, nécessaires pour s’éviter une nouvelle gueule de bois dès l’entame de la saison. Alors face à Biarritz, l’un des cadors de la Pro D2 qui est d’ailleurs le dernier à être venu s’imposer dans le Cantal en avril dernier, il faudra faire le nécessaire. À savoir, compter sur une mêlée dominante, une touche performante et bonifier le jeu de mouvement. «Mais pour être performant dans le jeu de mouvement et tout le reste, on doit faire preuve d’un plus grand engagement», insiste Thierry Peuchlestrade.

Du combat et gagner les duels, deux vertus indispensables aperçues lors de la préparation, «mais la vérité, c’est toujours celle du terrain». Et là, il y a encore des choses à dire ou à parfaire plutôt car le Stade aurillacois «tombe encore trop de ballons à mon goût. Que ce soit à l’impact, dans un ruck ou encore sur une mauvaise passe, il faut arrêter de rendre les ballons à l’adversaire. On se doit d’avoir le moins de déchets possible» et cela restera là encore un axe de travail sur toute la saison. Le BO arrive donc à point nommé pour se rendre compte de la valeur du Stade aurillacois cette saison.

Jean-Marc AUTHIE
Voir les commentaires
Réagir