• Le collectif lyonnais a remporté ses deux matchs de préparation. Il doit désormais confirmer.
    Le collectif lyonnais a remporté ses deux matchs de préparation. Il doit désormais confirmer. Julien Plazanet / Julien Plazanet
Publié le / Modifié le
Top 14

Lyon : l'émulation permanente

Après cinq semaines de préparation, Lyon entre dans le vif du sujet en recevant coup sur coup paris et toulouse. Et la confiance entoure le groupe. 

De l’été lyonnais, l’on retiendra une préparation courte mais intense, un collectif resté stable et renforcé par une jeunesse ambitieuse, ainsi qu’une équipe pouvant travailler avec un nombre limité d’internationaux absents (Bamba, Lambey et Tuisova). Ajoutez à cela les deux succès face à Grenoble (42-19) et Clermont (26-19), cela fait dire à Xavier Mignot que « c’est de bon augure. On part avec une certaine confiance. » Puis l’ailier poursuit que cette préparation courte a poussé « à trouver le bon équilibre entre le travail qualitatif et quantitatif. On est, de suite, entré dans le vif du sujet en voyant le système dès la première semaine, et avec beaucoup de ballons dans les séances physiques. Sur le papier, on est censé être plus fort mais ça ne veut rien dire. Il faut trouver cette alchimie pour que ça marche. »

Ayant pris part à environ la moitié des matchs du LOU la saison dernière, Xavier Mignot incarne par ailleurs cette énergie précieuse de quelques revanchards de la maison, qui s’ajoutera à l’apport espéré du recrutement. « Je veux faire mieux et j’attends mieux de moi. Je me suis mis des objectifs à titre personnel, pas que rugbystique. Je veux surtout prendre du plaisir, m’amuser, toucher des ballons et être une plus-value. Je ne me prends plus la tête. Si on est en confiance, on tente des choses et ça peut aider l’équipe », insiste-t-il. Le talonneur Jérémie Maurouard incarne aussi ce précieux état d’esprit, lui qui n’a pas pu jouer les cinq derniers mois en raison d’une opération pour une hernie cervicale. « Je pense aussi à Patrick (Sobela, opéré d’une cheville et d’un orteil, N.D.L.R.) qui a vécu la même période et ressenti la même chose. On a cette rage en nous et l’envie de rejouer. On a cette frustration de ne pas avoir été avec l’équipe en phase finale. On se dit que l’on aurait peut-être pu les aider et amener ce petit plus. L’envie est énorme », insiste celui qui a renoncé à ses vacances pour travailler encore plus.

Surfer sur l'enthousiasme

Un autre élément ressort du discours des Lyonnais à l’aube de cette nouvelle saison, c’est justement la déception de la défaite en demi-finale. Le projet de jeu a évolué en conséquence et la première sortie devrait incarner cette ambition de faire mieux. « L’état d’esprit n’est plus le même, on a envie de faire une grosse saison. On a une équipe vraiment compétitive et complète sur n’importe quel poste, assez dynamique et endurante. Je pense que l’on sera capable de tenir des séquences de jeu sur des matchs très importants et de très haut niveau », précise Jérémie Maurouard. « On a envie d’envoyer du jeu. On a des joueurs qui sont capables de faire des passes, jouer rapidement sur un pas, de bien se déplacer sur le terrain, et ce qui fait la différence aujourd’hui, c’est de pouvoir jouer un peu plus vite », conclut-il.

Julien Plazanet
Réagir