• Le demi de mêlée gallois, Rhys Webb, est confiant quant à la saison à venir du RCT. Il faudra bien débuter dès ce week-end à Agen.
    Le demi de mêlée gallois, Rhys Webb, est confiant quant à la saison à venir du RCT. Il faudra bien débuter dès ce week-end à Agen. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Entretiens

Rhys Webb : "La place de Toulon est en Champions Cup"

Le demi de mêlée gallois se veut optimiste quant à la saison du club varois, qui doit renouer avec le top 6. Pour sa deuxième saison sur la rade, Rhys Webb fera partie des joueurs les plus expérimentés du groupe et voudra guider les jeunes vers une qualification attendue.

Midi Olympique : Comment avez-vous retrouvé le groupe toulonnais en début de préparation ? Est-il revanchard par rapport à l’échec de la saison dernière ?

Rhys Webb : Oh que oui… La saison dernière a tellement été un échec pour nous… Nous n’avons pas terminé dans le top 6, nous n’avons pas qualifié le club pour la Champions Cup alors que la place de Toulon est dans cette compétition. Mais je pense que l’on peut retirer beaucoup de bonnes choses de la seconde moitié de la saison dernière, depuis le mois de janvier jusqu’à la fin. C’est à ce moment que nous avons trouvé notre jeu. Bien sûr, le club a connu beaucoup de changements cette année encore avec notamment plusieurs départs de joueurs importants mais le club a décidé de miser sur ses jeunes cette année et je trouve que c’est une très bonne chose. J’ai été impressionné par leur potentiel et leur talent. Ils ont bossé dur avec le groupe tout l’été et ont contribué à créer une très bonne ambiance de travail qui nous servira pour notre premier match contre Agen.

C’est rafraîchissant de voir autant de nouvelles et jeunes têtes ?

R. W. : Oui c’est clair ! Certains ont découvert avec quelques hématomes l’intensité du Top 14 et savent maintenant à quoi ils doivent se préparer. L’ensemble de l’équipe a envie d’aider ces jeunes à se développer et à grandir. Eux aussi veulent que Toulon gagne à nouveau.

En tant qu’international possédant une grande expérience, vous sentez-vous investi d’une mission de transmission auprès d’eux ?

R. W. : Bien sûr, j’ai de l’expérience mais avant tout je suis un gagnant. Moi, je suis là pour gagner. Donc dès le lundi, je suis là pour aider un maximum mon équipe à gagner. Ces jeunes joueurs ont besoin d’apprendre les manières optimales pour se préparer, pour gagner. On est tous là pour la même chose. La saison dernière a été catastrophique, donc aujourd’hui on doit remettre le club à sa place.

Quels changements ou évolutions est-on en droit d’attendre dans le jeu toulonnais cette année ?

R. W. : Hormis la saison dernière, le RCT a toujours été connu pour pratiquer un rugby attractif. Les recrues qui nous ont rejoints cette année ont du talent, de belles qualités, une très bonne passe… Je pense que l’on va retrouver ce rugby attractif qui correspond au club. Bien sûr, c’est aussi une question d’équilibre : quand les conditions le demanderont, nous devrons être capables de resserrer le jeu et laisser l’initiative à nos avants. Ce sera à nos leaders de dicter ces choix. Pour l’heure, nous sommes dans la bonne direction.

Sur un plan personnel, comment abordez-vous cette nouvelle saison ?

R. W. : Hormis quelques absences dues à de petites blessures, je pense avoir fait ma part du job la saison dernière. J’ai fait de mon mieux. Mais les choses ne sont pas allées comme on le voulait. On a eu quelques mois pour réfléchir à cet échec, et aujourd’hui tout le monde est sur le pied de guerre. C’est aussi bien d’avoir de nouvelles têtes au sein du staff, cela fait de nouvelles voix, de nouvelles méthodes, notamment au niveau de la préparation physique. Nous sommes prêts pour Agen.

Quels objectifs avez-vous fixés ?

R. W. : L’objectif est assez évident : le RCT doit retrouver le top 6. Je parle au nom de l’ensemble de l’équipe. On doit le faire. Et on fera tout pour.

Que savez-vous de cette équipe agenaise ?

R. W. : Nous sommes allés là-bas avec des ambitions l’année dernière, et nous sommes revenus avec une défaite sèche (19-10 pour le compte de la septième journée, N.D.L.R.). Nous étions très déçus et nous gardons cette déception en tête. Je sais qu’ils ont connu de grands changements dans leur équipe, donc je ne sais pas trop quoi en penser pour le moment. Ce que je sais, c’est que nous avons gagné la semaine dernière en amical contre Montpellier et que nous devons conserver cette dynamique et croire en nous.

En tant que Gallois, vous devez être très fier de voir votre sélection au sommet du classement du rugby mondial…

R. W. : Bien sûr ! Les Gallois ont très bien joué ces deux dernières années et décroché de très beaux résultats. Ils ont aussi une profondeur d’effectif qui permet de garder les joueurs sous le coup de la concurrence. Nous sommes un tout petit pays, donc c’est une immense fierté pour nous. Je pense qu’ils ont une bonne chance de décrocher la Coupe du monde. Ils ont battu l’Afrique du Sud, l’Australie, l’Angleterre… Cela montre qu’ils peuvent vaincre les meilleurs.

Vous vous étiez mis en colère, il y a quelques mois, quand certains journalistes gallois avaient annoncé votre retour au pays alors que vous étiez déjà au RCT…

R. W. : Oui je m’étais agacé car il ne s’agissait que de rumeurs basées sur le fait que ma famille rentrait au pays. Mais nous avions pris cette décision avec ma femme uniquement par rapport à la scolarisation de nos enfants, et par rapport à ma carrière sportive ! Je suis très bien ici à Toulon. Ma famille est aujourd’hui très heureuse au pays de Galles et je les vois quand même très régulièrement : il n’y a qu’une heure et demi de vol, donc on profite du moindre moment libre et des vacances scolaires pour se réunir. Les choses sont bien mieux ainsi. Toulon est l’un des meilleurs clubs en Europe, et je veux l’aider à retrouver sa place.

VALZER Simon
Réagir