• Aurelien Callandret (Oyonnax)
    Aurelien Callandret (Oyonnax) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Callandret : Joyeux anniversaire

Deux des sept essais oyonnaxiens ont été inscrits par l’ailier, le jour de ses 22 ans.

Le nouveau projet oyonnaxien se veut porteur d’une promesse formulée par Joe El Abd, l’entraîneur, lors de son retour dans l’Ain : "Fiers d’Oyo." Au vu de l’enthousiasme des quelque 7 000 supporters présents pour l’ouverture du championnat, un premier pas a été accompli dans le bon sens lors de la confrontation avec Valence-Romans. Joe El Abd en convient : "C’est un premier match réussi, face à un adversaire de caractère." Mais le nouveau patron des Oyomen n’est pas homme à s’enflammer : "Si nous avons plutôt bien maîtrisé la première période, notre jeu a ensuite été un peu plus brouillon. Il y a eu un flottement d’une dizaine de minutes, mais il faut retenir notre capacité à rebondir après l’essai de Valence-Romans pour remettre la main sur le match. Il y a encore beaucoup de choses à travailler, des points à améliorer."

Avec les cinq points pris lors de l’ouverture à domicile, Oyonnax Rugby a confirmé son potentiel, affirmé ses ambitions mais a aussi conquis son public, autre objectif annoncé de la saison.

Une pression constante

La petite histoire retiendra que pour cette ouverture réussie, le premier essai de la saison des Oyomen n’est pas sans présenter une forme de symbolique, en ayant été inscrit par l’un des plus jeunes joueurs du groupe, Aurélien Callandret, le jour de ses 22 ans. Pour son anniversaire, l’ailier oyonnaxien s’est même offert un doublé en récidivant dans le deuxième acte au bout d’une action initiée sur une pénalité rapidement jouée par Julien Audy : "Ce n’est pas le plus important, même si cela fait particulièrement plaisir de réussir un doublé un jour comme celui-là. Ce qui compte c’est la victoire. Pour nous, elle constituait une évidence… et en plus nous obtenons le bonus offensif. Ce match correspond parfaitement au jeu que nous voulons mettre en place. Les entraîneurs attendent de nous que nous mettions de la vitesse et du volume afin de maintenir constamment l’adversaire sous pression. C’est ce que nous avons cherché à faire en nous appliquant, dans un match parfois haché, à reproduire ce que nous travaillons à l’entraînement. Ce rugby très offensif constitue l’une des formes de notre jeu… mais ce n’est pas la seule. En fonction des circonstances, nous pouvons nous adapter avec pour constante de ne jamais laisser de répit à l’adversaire."

Les Drômois en ont fait l’expérience en encaissant sept essais fruits d’un travail collectif à l’image de la première réalisation d’Aurélien Callandret après une brèche ouverte par Jérémy Gondrand qui trouvait au soutien dans l’offensive menée sur l’aile, le centre Gabiriele Lovobalavu, mais aussi le pilier Tommy Raynaud et enfin Aurélien Callandret.

Jean-Pierre DUNAND
Réagir