• Auteur d’un doublé et d’un geste décisif sur la dernière réalisation, Peter Betham, écarté des phases finales la saison dernière, a prouvé qu’il pouvait être une pièce maîtresse de l’ASM.
    Auteur d’un doublé et d’un geste décisif sur la dernière réalisation, Peter Betham, écarté des phases finales la saison dernière, a prouvé qu’il pouvait être une pièce maîtresse de l’ASM. Vincent Duvivier / Vincent Duvivier
Publié le / Modifié le
Top 14

Clermont a de la réserve

Malgré un passage à vide après le premier "water-break", les derniers finalistes du Top 14 se sont logiquement imposés, de nombreux joueurs répondant positivement aux différentes interrogations.

Des raisons d’avoir la trouille, Clermont pouvait en avoir avant ce premier match de la saison. Sept joueurs avec l’équipe de France (Slimani, Vahaamahina, Lopez, Penaud, Raka, Iturria, Fofana), un avec l’Écosse (Laidlaw), un autre avec les Fidji, et un dernier (Nanaï-Williams) toujours pas revenu malgré sa non-sélection avec les Samoa pour la Coupe du monde au Japon. Si vous ajoutez à ces absents Morgan Parra, Alexandre Lapandry et Étienne Falgoux, tous blessés et confortablement installés dans un salon dominant le stade Marcel-Michelin, les interrogations étaient nombreuses dans l’intimité clermontoise.

D’abord, il y avait la question de la charnière. L’ouvreur australien Jake McIntyre (25 ans), était la seule recrue alignée au coup d’envoi. Associé au jeune Charly Cassang, l’ancien Agenais savait que la pression pèserait sur ses épaules et qu’il serait attendu. Résultat : il n’a pas déçu. Certes, il a eu un peu de déchets comme cette passe pour personne (16e), dans le dos des premiers attaquants. Mais l’Australien a su aussi se fondre dans le collectif. Un exemple ? Sa magnifique diagonale au pied en direction de Peter Betham est siglée "Camille Lopez". L’ouvreur de l’équipe de France n’aurait pas renié ni le choix, ni la précision chirurgicale du jeu au pied. Sur le premier essai, c’est aussi lui qui place son arrière Nick Abendanon dans l’intervalle, avant que l’action ne se poursuive jusque dans l’en-but rochelais. Globalement, il a su animer sa zone de jeu, créer le danger sur la ligne d’avantage. À tel point que le pilier rochelais Sila Puafisi, entré en jeu peu de temps avant, n’a pas trouvé d’autre moyen que de lui découper la tête d’une belle manchette, le contraignant à sortir sur "protocole commotion". Heureusement, rien de grave pour l’ouvreur qui a répondu positivement au protocole. Et s’il n’est pas revenu sur la pelouse, c’est simplement parce que le temps imparti pour répondre au questionnaire avait été dépassé. Mais le manager clermonois Franck Azéma a probablement apprécié la prestation d’ensemble de sa recrue, impliqué sur les deux essais premiers essais de son équipe.

L’oublié des phases finales, Betham frappe deux fois !

Les essais inscrits par l’ASM Clermont-Auvergne, justement parlons-en. Les deux premiers ont été l’œuvre de l’ancien international australien Peter Betham. Meilleur marqueur la saison dernière avec son club, toutes compétitions confondues, il avait été écarté par le manager Franck Azéma pour les phases finales, ce dernier lui préférant Alivereti Raka. Force était donc de s’interroger sur sa capacité à se remettre en ordre de marche. La réponse a fusé. Cinglante. Deux essais inscrits et un geste décisif sur la dernière réalisation signée du troisième ligne Judicaël Cancoriet.

Des réponses, les Auvergnats en ont eu aussi en conquête. Les performances dans ce secteur de jeu avaient plus ou moins déçu lors des matchs amicaux. Dimanche, le vice-champion de France s’est en grande partie imposé grâce à une meilleure conquête aérienne et à une domination en mêlée fermée. Confirmation du deuxième ligne Paul Jedrasiak : "On a vraiment construit notre match sur la conquête. Il faut que l’on continue dans cette direction parce que jusque-là ça n’avait pas été probant."

En revanche, Franck Azéma devra probablement se pencher sur le passage à vide de son équipe aperçu après le premier "water-break", en première mi-temps. Durant ces vingt minutes, les Rochelais ont remis la main sur le ballon et inscrit un essai qui aurait pu faire douter les Clermontois à la pause (10-10). Voilà pour le côté sombre de cette rencontre. À part ça ? Aucune réserve à formuler.

Sur le même sujet
Réagir