• Théo Fages et St Helens ont échoué en finale de la Cup. Le Catalan se consolera en ayant inscrit le seul et unique essai de sa formation.
    Théo Fages et St Helens ont échoué en finale de la Cup. Le Catalan se consolera en ayant inscrit le seul et unique essai de sa formation. MICHEL CLEMENTZ / MICHEL CLEMENTZ
Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

Warrington sacré

Warrington a déjoué les pronostics et remporté cette cent-dix-huitième édition. St Helens, premier de la Super League, a été dans l’incapacité de prendre l’initiative de cette finale.

Cette cent dix-huitième finale de la Cup devait normalement honorer St Helens, l’actuel brillant élève de la Super League qui depuis le début de la saison truste les victoires et défient toutes les statistiques. La meilleure défense et attaque du championnat ne pouvait que s’imposer face à une formation de Warrington qu’elle avait copieusement dominée à trois reprises lors de la phase régulière.

Samedi après-midi sur l’herbe historique de Wembley, le favori s’est pris carrément les pieds dans le tapis londonien. Warrington a fait déjouer les Saints. Les loups étaient vraiment affamés, ils voulaient aussi laver l’affront de la saison passée où ils ont abandonné la Cup aux Dragons catalans et la Super League à Wigan. Dans cette finale, l’équipe du capitaine Hill, a parfaitement maîtrisé le débat. Elle a tout de même frisé la correctionnelle lorsqu’après six minutes de jeu, l’ouvreur des Saints, le Français, Théo Fages a délivré une belle passe au pied dans l’en but adverse pour son deuxième-ligne, Morgan Knowles lequel fut le plus prompt à aplatir. À la surprise générale, le directeur de jeu, Robert Hicks n’a pas sollicité les services de la vidéo qui aurait certainement permis à St Helens d’avoir les faveurs du tableau d’affichage. Une décision que le coach des Saints, l’Australien Justin Holbrook a qualifié de «tournant du match».

Arrogants face au Dragons

Reste que La victoire de Warrington ne s’est pas limitée à cet essai refusé. Les loups ont bâti leur succès grâce à une parfaite stratégie défensive. Face aux assauts des Saints, les avants de Warrington avaient carrément dressé une herse. Dans l’incapacité de déflorer le score, St Helens a basculé dans le doute. Un doute qui s’est multiplié lorsque Warrington a concrétisé deux temps forts en fin de première période par les puissants Joe Philbin (26e) et Ben Murdoch -Massilia (33e) offrant à leur formation la tête au tableau d’affichage (12-0). Mis en confiance par ce score flatteur, Warrington s’est forgé un moral de vainqueur. À dix minutes du terme, une prouesse de l’homme du match, le talonneur, Daryl Clark a scellé la victoire de Warrington (18-4). «Nous avons tiré les leçons de l’an dernier, confiait au terme de la rencontre, l’auteur de l’essai libérateur. Face aux Dragons catalans, nous avons été arrogants. Pour cette finale, nous savions que nous n’étions pas favoris, nous avons profité de notre statut d’outsider et cela nous a servis.»

Et au final, Warrington remporte la neuvième Cup de son histoire. Un trophée que les loups n’ont pas du tout volé.

Didier NAVARRE
Réagir