• Michael Hooper.
    Michael Hooper. PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga Australie

La star : Hooper à pas de géant

Il a été capitaine des Wallabies à 22 ans. Michael Hooper frôle la centaine de sélections à 27 ans. Sa carrière est déjà énorme dans le rôle de plaqueur-gratteur enragé.

Il va vivre sa deuxième Coupe du monde, sept ans après ses débuts internationaux. Michael Hooper sera cette fois le capitaine des Wallabies. Il a étrenné cette fonction en 2014, à l’âge de 22 ans. On n’avait pas vu un capitaine aussi jeune depuis… 53 ans. Mais à l’époque, il remplaçait Stephen Moore, blessé. Hooper est devenu le "patron" officiel des joueurs australiens en 2017.

Il jouait déjà depuis cinq ans dans le circuit international. Il est vrai qu’il avait fait ses débuts en Super Rugby à 19 ans sous les couleurs des Brumbies avant de rejoindre les Waratahs. En 2012, il profita d’une blessure de son aîné David Pocock pour trouver une place sous le maillot doré. Les deux hommes ont le même profil de plaqueur-gratteur. Il montra de telles aptitudes que Michael Cheika se débrouilla pour faire jouer les deux hommes ensemble, ce fut l’une des caractéristiques de l’Australie de 2015 (Pocock était passé en position de numéro 8).

Contrat record

Cette année-là, Michael Hooper fut désigné "Wallaby de l’année." Aujourd’hui, Michael Hooper compte 95 sélections à 27 ans. Sauf blessure, il est parti pour tutoyer plein de records de longévité. Sur la pelouse, il donne une image de "chien fou", de plaqueur invétéré qui se déplace à la vitesse de l’éclair d’un regroupement à un autre. Malgré son sens du sacrifice, il a fallu attendre 2 018 pour le voir manquer un test-match sur blessure. Pour situer son importance, il faut se rappeler que l’Aru pourtant pas au mieux financièrement, lui a offert un contrat record en 2018 pour rester au pays. 1,2 million de dollars australiens par saison, 725 000 euros, on n’avait jamais vu ça.

Sur le même sujet
Réagir