• Les Columérins (Youssef Saaidia, Hugo Pirlet, Kane Palma-Newport, Damien Weber de gauche à droite) ont travaillé le jeu d’avants avec application durant la préparation sous les directives de Gurthrö Steenkamp.
    Les Columérins (Youssef Saaidia, Hugo Pirlet, Kane Palma-Newport, Damien Weber de gauche à droite) ont travaillé le jeu d’avants avec application durant la préparation sous les directives de Gurthrö Steenkamp. DDM / Xavier de Fenoyl / XAVIER DE FENOYL / DDM / Xavier de Fenoyl
Publié le / Modifié le
Pro D2

Colomiers : des fondations à l’épreuve

Passée l’euphorie d’un premier succès hors de leurs bases, les Haut-Garonnais vont devoir capitaliser pour cette première sortie à domicile. Ils pourront s’appuyer sur des fondamentaux déjà au rendez-vous.

Ce n’est pas parce que vous gagnez à Grenoble (23-20) lors de la première levée du championnat que vous êtes devenus les All Blacks. Forcément, vous n’êtes pas non plus des cancres. Mais cette victoire, aussi précieuse soit-elle dans un championnat terriblement dense et homogène, eut pour le mérite de ne pas faire tourner ni vaciller les têtes columérines dès le début de semaine. "On a démarré la semaine en demandant aux joueurs de garder la plus grande humilité car nous n’avons encore rien fait" délivrait Fabien Berneau mardi après des rations supplémentaires en mêlée fermée sous les directives de Gurthrö Steenkamp. Pourtant, après deux exercices quasi à vide à l’extérieur (deux victoires, un nul et quelques bonus défensifs par ci et là), il est peu dire que le succès en terres iséroises fait un bien fou aux joueurs du président Carré. Colomiers, maintenu in extremis la saison dernière (61 pts) démarre avec un +4 inattendu. "Le maintien s’est joué à un nombre de points historiques en mai. Il faut en mettre au chaud le plus rapidement possible" annonçait presque prophétiquement le capitaine Aurélien Beco avant le déplacement grenoblois.

L’importance de la mêlée et l’apport du banc

La clé de ce succès est venue d’une volonté farouche de ne pas lâcher prise, même à 20-3 en début de deuxième mi-temps. Avec 17 points de débours, Colomiers a fermé les robinets dans les rucks, mis la marche avant en mêlée fermée - quatre pénalités obtenues dans ce secteur et un carton jaune provoqué- et sur les ballons portés. Pour le patron des avants Fabien Berneau, "c’est un tout qui a performé et qui a bien écouté les consignes. La conquête a été plutôt bonne mais pas parfaite. En mêlée, je n’ai pas été surpris car nous travaillons bien avec Gurthrö. La différence est venue de l’état d’esprit et d’un travail défensif qui nous a permis de bloquer leurs lancements. Le banc a eu un apport incroyable. Ce sont eux qui nous ont permis de renverser le match."

Avec notamment la doublette Gori-Vici au départ et à la conclusion des deux essais columérins. Si la finition a donc été soignée, et ce grâce à des fondations intéressantes, fruit d’un travail estival plus que sérieux, Fabien Berneau attend encore plus de ses hommes. "Le visage de la deuxième mi-temps de Grenoble me va très bien mais il faut régler les défauts que nous avions déjà la saison dernière, à savoir la constance sur la durée d’un match. Maintenant, il faut essayer de jouer 80 minutes et pas 50…" Dans ce sens, titulaires et remplaçants auront vendredi le "même rôle". "Je dis souvent c’est comme dans une œuvre, on peut très bien faire une belle sculpture mais ce qui compte ce sont les finitions et les fondations. Si tu as les titulaires qui te font de belles fondations, et que les autres gâchent les finitions, on dira que l’œuvre totale est pourrie. Là, il faut prendre les devants et respecter Mont-de-Marsan." Surtout que Julien Sarraute a fait passer un message très clair avant le début du championnat. "Demeurer invaincu à domicile est important à mes yeux. C’est un objectif clair auquel tout le groupe est attaché. C’est un élément factuel de la course au maintien mais aussi symbolique." À bons entendeurs…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir