• Carol Raynaud (Carcassonne) contre Vannes
    Carol Raynaud (Carcassonne) contre Vannes Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Confirmation carcassonnaise ou sursaut grenoblois ?

Après son succès bonifié aux dépens de Vannes, Carcassonne a bien l’intention de doubler la mise sur sa pelouse face à une formation grenobloise obligée de se racheter après son faux pas à domicile face à Colomiers.

Les enjeux : pression sur Grenoble…

En capitalisant cinq unités lors de la journée inaugurale, Carcassonne a fait une excellente entame, ce qui n’est pas le cas de Grenoble auteur d’un faux départ lors de la réception de Colomiers (défaite 20-23). Avec un point au classement, les Alpins se trouvent déjà dans le rouge. Pour lancer sa saison, l’ex-sociétaire du Top 14 doit ce soir à Domec renouer avec la victoire. Reste que Carcassonne a bien l’intention de confirmer son excellent début de championnat et de conforter sa troisième place au classement. Autant dire que ce soir, la pression sera sur les épaules grenobloises.

Le duel : Enzo Selponi, Gilles Bosch

Une fois n’est pas coutume, le duel des deux numéros 10 va donner de la saveur à cette rencontre. Lors de la journée inaugurale face à Vannes, Gilles Bosch, l’artificier carcassonnais a apporté sa pierre à l’édifice de la victoire tant par la précision de son pied (15 points inscrits) que par son implication offensive. Son vis-à-vis, Enzo Selponi n’a pas inscrit le moindre point face à Colomiers. En revanche, il a tout tenté pour tirer sa formation vers le haut et lui éviter le naufrage en fin de rencontre. Un match qu’Enzo Selponi va dédier à son papa, Alain qui dans les années 80, a porté avec succès le maillot de l’USC à ce même poste d’ouvreur.

La clé : la discipline

Si on analyse la précédente rencontre de Carcassonne et Grenoble, la discipline a pris une part importante dans l’attribution de la victoire audoise et de la défaite grenobloise. Lors de l’opposition face à Vannes, Carcassonne a fait le break au score lorsqu’il s’est retrouvé en supériorité numérique. Le carton jaune infligé au flanker breton, Jérémie Abiven, a eu une conséquence néfaste pour sa formation, car le score est passé en l’espace de trois minutes de 3-0 à 13-0. Du côté du FCG, ce dernier a payé un lourd tribut à l’exclusion temporaire de son talonneur, Laurent Bouchet. En infériorité numérique, le FCG a encaissé un cinglant 14-0 fatal… De quoi réfléchir !

La décla de Louis Marrou (centre de Carcassonne)

Au sein du club, une rencontre face à Grenoble a un parfum particulier puisque nous sommes nombreux à avoir porté le maillot du FCG : Benoît Jasmin, Gilles Bosch, Alexandre Dardet, Denis Coulson et moi-même. Nous avons tous un profond respect pour ce club qui, pour moi, n’a pas montré son vrai visage face à Colomiers. Je pense que le FCG vient à Domec avec un désir de rachat. Ce soir, nous allons avoir du pain sur la planche.

La décla de Mathieu Cidre (entraîneur des avants)

Dans la mise en place de ce match, il y a de la passion, de l’enthousiasme. Face à un relégué du Top 14, le groupe a un beau défi sportif à relever. On a la possibilité de valider l’excellent résultat face à Vannes. Toutefois, nous faisons preuve d’une grande humilité car, nous connaissons la qualité de l’adversaire. Cependant si on entame le match avec la même détermination, le même état d’esprit que face Vannes, il n’est pas exclu de faire un résultat positif.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir