• Tom Écochard (Perpignan) contre Béziers
    Tom Écochard (Perpignan) contre Béziers Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Entretiens

Écochard : « Un gros test »

Après un premier succès sans convaincre contre Béziers, quels sont les différents chantiers de ce début de saison ?

Contre Béziers, l’équipe a été frustrée du contenu mais heureuse d’avoir retrouvé la victoire. On a quand même réussi à se créer des occasions et à jouer un petit peu dans l’avancée. Mais c’est surtout que nous ne sommes pas parvenus à garder le ballon, à enchaîner plus de trois temps de jeu. On termine six fois en touche, on a été embêtés dans les rucks et on a eu du mal à mettre de la continuité. Il y a eu peu de séquences longues, c’est ça le souci. Il faut essayer d’être plus concentrés, ne pas tenter des passes qui sont très difficiles, être plus présents au niveau des soutiens offensifs dans les rucks et se déplacer plus vite que l’adversaire

Plusieurs de vos concurrents ont chuté à domicile d’entrée, de quoi relativiser sur ce premier match compliqué mais victorieux ?

Ce n’est que la première journée et on ne se focalise pas sur les concurrents. Mais oui, c’est sûr que lorsqu’on voit que certains sont tombés dans des matchs pièges. Nous, ce derby à domicile était le match piège par excellence pour débuter, avec tout ce qu’il nous restait de la saison dernière. C’était un premier match, une rencontre difficile, un derby… et il fallait gagner.

Provence Rugby, votre prochain adversaire, a impressionné à Mont-de-Marsan. Qu’espérez-vous de ce déplacement à Aix ?

C’est une très bonne équipe, et on n’a pas attendu le week-end dernier pour le savoir. La saison dernière, ils finissent proches de la qualification. Et puis sur le papier, c’est une équipe avec des joueurs confirmés, qui ont tous connu le Top 14 ou le haut de tableau de Pro D2. Ils ont tous beaucoup d’expérience. Tout ça a été confirmé par leur performance à Mont-de-Marsan. C’est un gros test. Ramener une victoire nous permettrait vraiment de lancer notre saison.

Émilien Vicens
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir