Montauban : endosser un rôle

Publié le

L’USM doit confirmer à domicile contre un adversaire d’une autre envergure pour franchir un cap et jouer un autre championnat.

La première étape est franchie. L’obstacle Rouen, un promu étonnant, a été passé non sans difficulté mais avec expérience et surtout succès. C’est là tout ce qui comptait. "Il fallait absolument gagner pour lancer notre saison, d’autant plus à Sapiac", commentait l’ailier Pierre Klur. Montauban a connu cet été une refonte d’effectif (16 départs) et un changement de staff, avec le départ de "PP" Lafond, remplacé par Jean Bouilhou. Sur la composition d’équipe contre Rouen, ces retouches n’étaient pourtant pas visibles. La seule recrue dans le XV de départ se nommait Alexandre Loubière, ancien espoir de Toulouse, qui s’est illustré avec le premier essai montalbanais de la saison, comme un symbole. Car c’est sur un ballon porté que l’USM a ouvert sa saison. La philosophie de jeu prônée par le duo d’ex-Toulousains Bouilhou-Dubois, à la tête du sportif attendra. Avant de s’enflammer, comme ça a été le cas par intermittence lors de la reprise, Sapiac devra se reposer sur les bases. "Comme toutes les places fortes du rugby, à Montauban il y a une forte culture du jeu devant, reconnaît Jean Bouilhou. Cela permet de marquer des points et de faire avancer les lignes arrière. Quel que soit le projet de jeu, c’est important de maîtriser le jeu d’avants. Particulièrement en Pro D2."

Un rival plus à sa mesure

Quant à la pression de recevoir trois fois sur quatre lors du premier bloc du championnat, le technicien a "deux façons de voir les choses. D’abord, de façon un peu négative on peut dire que l’on reçoit avec une équipe pas à 100 % prête mais c’est aussi et surtout l’opportunité de marquer des points et d’emmagasiner de la confiance". En somme, recevoir à nouveau est perçu comme une chance de pouvoir "créer une dynamique". Attention à un adversaire toutefois qui a prouvé la semaine dernière qu’il pouvait se déplacer. Nevers en a fait les frais (18-24) sur son jardin du Pré-Fleuri. "Notre credo est de se concentrer sur nous-mêmes, mais c’est vrai que Soyaux a fait grosse impression, souffle Jean Bouilhou. Ils ont des réels atouts individuels, avec leur deuxième ligne Coletta et leur ouvreur Noble. Soyaux-Angoulême a un budget conséquent et des ambitions définies. On s’attend à avoir une très grosse opposition à Sapiac."

Premier gros rendez-vous pour Montauban qui considère la réception de Soyaux-Angoulême comme un vrai test. Une rencontre qui en dira long sur les aspirations de l’USM.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?