Publié le / Modifié le
XV de France

Une ouverture vers le XV de départ ?

Alors qu’ils ne partaient pas avec les faveurs des pronostics, les Toulousains se voient offrir une chance de gagner leur place dans le XV de départ qui affrontera l’Argentine en match d’ouverture.

C’est une histoire qui a débuté par une boutade, signée Sofiane Guitoune : "Ce week-end, on va réaliser le rêve de Wesley de jouer à Toulouse ! " Pas faux… il est vrai qu’avec une charnière Dupont-Ntamack 100 % toulousaine et trois Stadistes sur cinq parmi la ligne de trois-quarts (Guitoune, Huget, Médard, auxquels on peut pratiquement rajouter Gaël Fickou), les automatismes de club ne devraient pas manquer. Forcément un atout à l’heure de gagner une place de titulaire face à l’Argentine… Parce qu’à ce titre, au-delà de son bon mot, Sofiane Guitoune a effectivement un énorme coup à jouer. En effet, si la paire Fickou-Fofana semble compter pour l’heure une longueur d’avance, les doutes au sujet de sa complémentarité n’ont pas encore complètement été levés. "C’est un peu ma vie, je ne suis jamais le premier choix, souriait Guitoune en Écosse. C’est toujours comme ça, mais je m’accroche… " Voilà pourquoi le profil de deuxième centre de Guitoune a tout à gagner de son association avec Fofana, à condition de trouver ses marques en défense, qui sera le premier critère d’évaluation.

Huget, valeur ajoutée au système défensif ?

Toutefois, au sujet des joueurs qui auront tout à gagner ce vendredi, Yoann Huget se pose encore davantage. Moins d’une semaine après des débuts convaincants, Alivereti Raka est ainsi devenu la tête de Turc du public français au terme d’un match certes peu abouti en Écosse, mais surtout dans un contexte pas vraiment taillé pour ses qualités. Parce que les Bleus n’ont pas su lui donner de bons ballons d’attaque, d’abord, mais surtout parce que le système défensif bâti par Fabien Galthié ne semble pas vraiment lui convenir, qui l’oblige à de nombreux efforts et une concentration constante dans le replacement. C’est donc à cette aune que Yoann Huget devra prioritairement tirer son épingle du jeu, de par sa capacité à s’imposer dans les airs mais aussi à apporter des gages d’assurance dans sa couverture du terrain, ainsi que dans ses montées défensives. "Je vais vivre ce match avec une énorme détermination pour prouver qu’on travaille dur. " Mais surtout pour, enfin, avoir la chance de profiter d’une Coupe du monde, lui qui manqua celle de 2011 dans les conditions que l’on sait avant de renoncer à la seconde dès le match d’ouverture, contre… l’Italie. De quoi décupler son sentiment de revanche, après avoir craint de longues semaines le forfait, et soigné patiemment ce tendon d’Achille qui l’avait tant fait souffrir en fin de saison.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir