Biarritz : En chantier !

  • Arrivé cette semaine au BO, l’ouvreur Willie Du Plessis fut l’un des Biarrots les plus en vue. Il a offert la victoire aux Basques à la 74e minute sur une transformation décisive.
    Arrivé cette semaine au BO, l’ouvreur Willie Du Plessis fut l’un des Biarrots les plus en vue. Il a offert la victoire aux Basques à la 74e minute sur une transformation décisive. MIDOL
Publié le

Le BO a remporté son premier match de la saison vendredi soir. C’est à peu près le seul point à retenir pour une équipe qui n’a, visiblement, pas encore tous ses repères.

À quoi ça tient, un premier succès en championnat ? À un ballon porté dévastateur qui a sonné l’heure de la révolte. Du côté d’Aguilera, on doit certainement se satisfaire de l’efficacité du paquet d’avants et de la bonne entrée des «gros» qui étaient sur le banc. Sans eux, le BO occuperait probablement les dernières places du classement ce lundi matin. Bousculé en conquête la semaine dernière, le huit de devant a réagi de la plus belle des manières en se montrant dominateur en mêlée fermée avant ce fameux maul décisif. Cela n’a pas empêché Biarritz de trembler jusqu’au bout. Les optimistes diront que les Rouge et Blanc ont fait preuve de caractère en allant chercher ce succès dans les cinq dernières minutes.

Les pessimistes souligneront le manque criant de constance, déjà aperçu la semaine dernière à Aurillac en première mi-temps. Visiblement, Shaun Sowerby fait partie du premier clan. Extrait : «Nous avons gagné grâce à un esprit collectif. Nous nous sommes mis en difficulté nous-mêmes, mais l’équipe, pour le moment, ne lâche rien. Après, une fois que nous sommes en difficulté, nous voyons que nous sommes capables de réagir.» Voilà pour le positif. Au rayon des choses à revoir et qui nous rappellent que le BO est une équipe toujours en construction, on ne peut que constater que les trop nombreuses imprécisions dans le jeu et tous ces ballons tombés soulignent un manque de repère collectif. Ce n’est pas gravissime, ça se travaille et il faudra encore un peu de temps.

Du Plessis a marqué des points

En parlant du facteur temps, justement, un certain Willie Du Plessis a fait preuve d’une capacité d’adaptation. Si le jeune Heath Backhouse fut le meilleur joueur devant, «WDP» a été l’arrière le plus en vue. L’ancien Bayonnais, qui s’entraînait depuis deux semaines au club, a signé un contrat jusqu’à la fin de la saison. Vendredi, il a rendu une première copie très propre. Dans son style très classique, le joueur de 29 ans a d’abord été très sollicité pour son jeu au pied. Sa longueur a d’ailleurs permis aux locaux de bien occuper le terrain. Il a ensuite délivré cette belle passe au pied à Alex Nicoué, pour l’essai salvateur. Avec huit points à son compteur personnel, malgré une transformation facile manquée (67e), Du Plessis n’a pas vraiment donné l’impression qu’il n’était là que depuis quinze jours. De quoi lui offrir une place de titulaire pour le déplacement à Nevers ? Pour construire, Biarritz aura besoin, quoi qu’il advienne, de continuité.

Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?