• Top 14 - Auteur de 19 points, l’ouvreur Jake McIntyre a pesé sur le match et a contribué à la victoire des Auvergnats dans le Pays basque. Photo Pablo Ordas
    Top 14 - Auteur de 19 points, l’ouvreur Jake McIntyre a pesé sur le match et a contribué à la victoire des Auvergnats dans le Pays basque. Photo Pablo Ordas / Pablo Ordas
Publié le / Modifié le
Top 14

Clermont : la machine est en marche

Forts de leur succès à domicile face à La Rochelle, les Clermontois voulaient réaffirmer, à l’extérieur, les belles dispositions de leur groupe remanié. Concluant.

Clermont reste Clermont. L’équipe la plus affectée par la Coupe du monde et qui doit faire face aussi à une kyrielle de blessés est partie sur de bons rails. Mais ce rendez-vous à Bayonne plongeait les Auvergnats tout autant dans l’inconnu que le match d’ouverture face à La Rochelle. Étaient-ils capables de rééditer leur performance, mais cette fois à l’extérieur ? "J’étais content des standards développés la semaine dernière, explique Franck Azéma. Mais c’est dans le contexte extérieur que l’on forge le caractère, que l’on peut juger ce groupe qui est neuf et qui est en train décrire une histoire. J’ai aussi apprécié, comme la semaine dernière d’ailleurs, l’impact du banc et l’énergie qu’il a amenée. D’avoir la consistance tout le temps, c’est plutôt positif."

Et pourtant, comme la semaine dernière, les Clermontois ont connu un trou d’air. Cette fois, c’était en début de match. Au point d’encaisser deux essais et d’être menés et malmenés. Pas une surprise. "On s’attendait à vivre une grosse ferveur autour du match, continue le manager. Ici, c’est toujours particulier. C’est une place forte, il y a une culture. On en a parlé dans la semaine et même le matin du match. Comment ne pas être perturbé par cet environnement ? Mais c’est ce qu’ont fourni les Bayonnais sur le terrain qui nous a mis sous pression, pas les tribunes." Les nouveaux ont donc passé toutes les épreuves avec sérénité. Et réussi à renverser la vapeur. En retrouvant leurs qualités. Sans s’affoler. Quels que soient les hommes sous le maillot jaune, le système reste le même. L’efficacité, le jeu sont là pour mettre à mal l’adversaire. Et il a plié malgré toute l’énergie déployée à défendre. Antoine Battut en témoignait, presque impuissant : "On a espéré avoir une issue positive. Mais ensuite, on a bien vu la machine Clermont se mettre en marche. Ils ont mis le rouleau Clermont en marche et, après je vous assure, c’est raide !" Le capitaine bayonnais a trouvé les mots justes en parlant de machine, de rouleau. L’ASM a repris la tête quand elle a commencé à ajuster son jeu. Lorsque les gabarits, devant comme derrière, arrivaient lancés, dans un tempo réglé au centième de seconde, l’édifice bayonnais finissait par céder. "En première mi-temps, nos possessions n’ont pas été efficaces, développe Franck Azéma. Par manque d’alternance. À la mi-temps, on a essayé de retrouver les clés. Il fallait jouer plus dans l’axe, à travers la conquête mais aussi sur la façon de porter le ballon pour les trois-quarts pour mettre cette équipe sous pression."

Azéma : "Gagner ici, c’est rare"

Dans ce contexte, ce nouveau groupe a donné des garanties. L’amalgame se fait dans l’épreuve. Certes, si les absents sont nombreux, il reste aussi des cadres qui portent l’efficacité et construisent ce caractère dont parlait le manager. "Les automatismes se travaillent à l’entraînement, confirme Judicaël Cancoriet. Il y a pas mal de nouveaux mais ça revient petit à petit. C’est pas mal. Dans les moments difficiles du match, on est resté autour de Fritz (Lee). On l’a écouté. On est resté au cul des leaders. Ce sont des trucs de match entre nous et qui resteront entre nous."

La machine Clermont toujours aussi efficace à l’extérieur qu’à domicile. La satisfaction était palpable. La performance a-t-elle valeur de test même face à un promu ? "Bayonne n’est pas là par hasard, rétorque le manager. Pourquoi Bayonne est monté ? Cela est dû à son projet, à la consistance de son jeu. Peut-être d’autres gagneront ici. D’autres perdront. On n’en est qu’à la deuxième journée. L’année dernière, pas une équipe n’est restée invaincue à domicile. Le Top 14, c’est la guerre tous les week-ends. C’est toujours compliqué de s’imposer ici, j’en sais quelque chose. Gagner ici, c’est rare, c’est une bonne performance. On a été capable de confirmer ce que l’on a fait la semaine dernière."

Pas de sous-performance donc pour les Clermontois qui se déplaceront déjà forts de deux victoires chez l’autre promu, Brive, pour leur prochain match. "Vous allez me parler plutôt de derby ?" sourit Franck Azéma. Encore un autre contexte. Et un nouveau test…

Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir