• Test match - Yoann Huget, Wesley Fofana et Antoine Dupont (France) devraient être du voyage au Japon
    Test match - Yoann Huget, Wesley Fofana et Antoine Dupont (France) devraient être du voyage au Japon Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Haute intensité

Les choix du staff tricolore en disent long sur la direction prise, en termes de jeu, par les Bleus.

"Très Haute intensité", "RAJ", pour Retour Au Jeu, ou encore "capacité de déplacement" : rarement tous ces termes auront été autant utilisés dans l’entourage du XV de France. Depuis le début de la préparation et l’arrivée de Fabien Galthié, flanqué de Thibault Giroud, son préparateur physique, priorité a été donnée au travail permettant de soutenir le rythme qu’impose aujourd’hui les grandes nations de ce jeu, à cette capacité à répéter les tâches dans un laps de temps très court. La liste donnée le 18 juin dernier en disait long sur cette volonté. Dany Priso dans la liste des 31, Cyril Baille même pas parmi les six réservistes - il a été rappelé seulement en raison du forfait d’Etienne Falgoux - voilà deux exemples symptomatiques de cette nouvelle direction. Tout comme la présence de Bernard Le Roux parmi les partants certains (au 18 juin, date de la divulgation des listes), malgré sa suspension pour trois matchs et son impossibilité de disputer la moindre minute de jeu durant les "warm up". L’ancien entraîneur des avants tricolores Yannick Bru ne disait-il pas à propos du Racingman qu’il était un "décathlonien du rugby"...

Deux mois plus tard, des centaines de kilomètres avalés, des hectolitres de sueurs épongés, la préparation physique a permis une remise à zéro des compteurs. Et à statistiques égales fournies par les GPS ou autres logiciels d’informaticiens du rugby, il semble bien que des joueurs comme Cyril Baille ou Charles Ollivon devraient être préférés. La raison est purement rugbystique. Si ces choix se confirment, c’est forcément que le staff de l’équipe de France a privilégié une certaine idée du rugby. Pour ce qui concerne le pilier toulousain, il offre une assurance bien plus grande dans le secteur de la mêlée fermée. Mais pas seulement. Baille est aussi un joueur habitué, avec le Stade toulousain, à jouer un rugby proche de celui prôné par le nouveau staff des Bleus. Quant à Charles Ollivon, dont le monde du rugby se complaît depuis deux mois à souligner sa dextérité et ses qualités gestuelles, il assure un niveau de garantie élevé dans ce rôle si précieux de courroie de transmission. Ces deux choix très forts, disent clairement que le XV de France a décidé d’affronter ses difficultés et ses carences par le jeu.

Voir les commentaires
Réagir