• Les Dragons quittent la compétition par la petite porte, après avoir été battus par une équipe à leur portée. Rageant. Photo Nicolas Parent
    Les Dragons quittent la compétition par la petite porte, après avoir été battus par une équipe à leur portée. Rageant. Photo Nicolas Parent
Publié le / Modifié le
Dragons Catalans

Les Dragons Catalans eliminés

L’espoir de qualification a pris fin samedi soir à Gilbert-Brutus pour les Dragons Catalans, battus 24-6 par l’avant dernier, Hull KR.

À deux journées de la fin, les Catalans sont éjectés de la course aux play-offs. «C’est dur et tellement décevant. Nos ambitions étaient autrement plus hautes que cette septième place. À nous de bien terminer maintenant. Mais de clôturer à domicile comme ça, c’est difficile à encaisser» a réagi, le pilier Michael Simon. «Ça fait mal de voir ça. Nous étions prévenus sur les intentions de nos adversaires, mais malgré ça on se fait avoir sur les schémas» a repris du haut des tribunes, le capitaine Rémi Casy. Blessé, le pilier espère reprendre vendredi soir à Wigan.

Avec un seul essai inscrit, les Dragons se sont encore montrés stériles. à la rue en termes de vitesse, châtiés au milieu, par l’agressivité des Robins, les Sang et Or ont aussi et surtout manqué d’intelligence. «On n’a tous voulu faire notre petit truc pour sauver le match, ce n’est pas comme ça qu’il fallait faire» a commenté l’arrière Tony Gigot qui a reconnu «arriver au bout du rouleau physiquement et mentalement».

Des absences préjudiciables

En partance, le joueur des Dragons a raté ses adieux avec ses fans, à l’instar de ses coéquipiers. Un ensemble qui n’a pas réussi à empêcher le deuxième ligne, Kenny Edwards de coûter cher à l’équipe entre ses pertes de balle et ses pénalités. «On concède dix pénalités en seconde période. Hull en a profité pour passer quatre pénalités. Je ne pense pas que ce soit un manque d’effort, mais c’est une accumulation de décisions ridicules prise par le groupe. Collectivement, nous ne sommes pas ensemble et nous ne sommes pas connectés comme une équipe» a résumé l’entraîneur anglais Steve McNamara.

Un technicien abattu, mais surtout déçu par certains de ses joueurs sur lesquels il a misé toute sa confiance. Le constat d’échec est évident pour une équipe qui privée de ses trois piliers, Rémi Casty, Sam Moa et Julian Bousquet et qui est handicapée depuis trois matchs par la suspension de son cerveau, Sam Tomkins. Ce dernier est l’élément manquant, celui sans qui l’équipe est incapable de porter le danger. Et à force d’avancer avec des joueurs diminués, voire blessés, comme Tony Gigot, Lewis Tierney, Samisoni Langi et Bradeyn Wiliame, les Dragons enchaînent les désillusions. Battus lors des deux derniers rendez-vous, par les deux derniers (Londres et Hull KR) à Perpignan, les Catalans ont réalisé une fin de saison indigne du statut d’une telle équipe avec un tel effectif et des moyens mis en œuvre par le club pour répondre aux besoins de l’encadrement.

Le constat d’échec vaut pour les joueurs, mais également pour un staff qui n’a jamais réagi, malgré les nombreux signaux d’alerte envoyés cet été. «Nous avons montré que nous avions une équipe capable de battre toutes les grosses formations, Saint-Helens, Wigan, Warrington. Le pire dans tout ça, c’est de la savoir et de ne pas avoir saisi sa chance» a soupiré coach McNamara qui a maintenant deux derniers déplacements à honorer. Deux rendez-vous à Wigan et à Huddersfield pendant lesquels il promet «de rester très vigilent quant à l’état d’esprit», assurant que «l’objectif sera de préparer 2020».

En attendant, cette équipe se prépare à clôturer dans l’anonymat le plus total une saison la plus étonnante et la plus imprévisible de ses quatorze passées en Super League (depuis 2006). Nul doute que le club saura tirer les enseignements qui s’imposent et à tous les niveaux, afin de faire revenir l’optimisme chez les fans et les partenaires, pressés de passer à autre chose.

Bruno Onteniente
Voir les commentaires
Réagir