• Top 14 - 7ème minute : Noa Nakaitaci inscrit l’unique essai du match.  Les Lyonnais sont victorieux  malgré le carton rouge de Loann Goujon à la 60e. Photo Icon Sport
    Top 14 - 7ème minute : Noa Nakaitaci inscrit l’unique essai du match. Les Lyonnais sont victorieux malgré le carton rouge de Loann Goujon à la 60e. Photo Icon Sport Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Lyon : mention bien

Dans la douleur, le Lou a décroché un deuxième succès mérité. Après une entame réussie, il s’est compliqué la vie, peinant à conserver le ballon, avant de terminer en infériorité numérique, après un mauvais geste de Loann Goujon.

Le carton n’était pas encore sorti de la poche de Monsieur Minery, mais Pierre Mignoni avait déjà compris, et tout le stade avec lui. Il se retourna vers le banc, la mine un peu déconfite. La sanction ne faisait guère de doute. D’accord, Richie Gray avait un peu trop retenu Loann Goujon, ne le lâchant pas assez vite, mais la réaction de l’avant lyonnais, repassée en boucle sur les écrans géant du Matmut Gerland pour permettre à l’arbitre de prendre sa décision, ne passait pas. Après un petit taquet pour se libérer de l’étreinte du deuxième ligne toulousain, il aurait dû en rester là et garder ses crampons sur la pelouse.

À croire que les Lyonnais avaient envie de se compliquer la vie. Ils avaient pourtant tout pour réussir une rentrée sans prise de tête. D’accord, le Lou avait beaucoup à perdre avec deux matchs à domicile pour débuter sa saison, dans un stade de Gerland qui s’est rempli au fil des matchs à l’instar de la ville de Lyon, où les places de stationnement se raréfient. Mais il avait aussi beaucoup à gagner, avec une jolie chance de devenir le hit de l’été, sur la lancée d’un dernier exercice réussi (troisième et demi-finaliste) et avec très peu de joueurs en partance pour la Coupe du monde — trois au maximum : Tuisova, Lambey, Bamba, l’un des plus faibles total d’une équipe de Top 14. Alors, on ne va pas encore fanfaronner ni chanter "Lououou" à tue-tête. Mais force de reconnaître que ce Lou en impose et mérite sa place de leader pour avoir battu dans la douleur le champion de France. Le carton rouge aurait pu faire basculer la rencontre dans l’autre camp.

Les Toulousains, dans un premier temps, n’avaient pas eu beaucoup de place sur le pré lyonnais. Contre une équipe avec, déjà de bons automatismes, avec très peu de recrues sur le pré, les champions de France, trop diminués par les absences se sont heurtés à la solidité lyonnaise, en défense et en conquête. On voudra pour preuve cette défense de la ligne avant la demi-heure de jeu. Les deux mauls toulousains furent repoussé par le vaillant pack lyonnais, avec en dernière lame, le deuxième ligne, Etienne Oosthuizen, qui empêcha Guillaume Marchand de fêter son retour par un essai précoce.

Contrat rempli

Il fallait bien ça. Avant la rencontre, les Lyonnais avaient prévenus. La victoire bonifiée contre le Stade français ne devaient pas leur monter à la tête. "L’exigence reste la même quelque soit le résultat, aime à rappeler justement le manager lyonnais, Pierre Mignoni. Malgré le score et le résultat contre le Stade français, il fallait aussi avoir conscience de ce qu’il faut améliorer."

Condamnés à jouer les dix dernières minutes en infériorité numérique, il n’avait pas su se mettre à l’abri plus tôt. La faute à un jeu au pied insuffisant notamment, à l’image des coups de pied de Couilloud (10e), Wisniewski (15e) ou Ngatai (21e), qui rendaient le ballon aux Toulousains dans le camp lyonnais, la faute aussi à un coup mal jouer entre Arnold et Nakaitaci (66e) pour tuer le match, entre autres. Mais comme le match nul concédé la saison dernière face aux mêmes Toulousains s’étaient finalement avéré être un bon résultat, on ne fera pas la fine bouche. Avec neuf points sur dix en jeu, le Lou a rempli son contrat. Et face aux soi-disant "réservistes" toulousains, ce n’est pas rien. "L’hiver dernier, pendant le Tournoi, Toulouse a gagné tous ses matchs", soufflait Pierre Mignoni avant la rencontre. Et Lyon, n’avait pas réussi à battre le futur champion de France. C’est toujours ça de pris.

Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir