• Midi Olympique fête  ses 90 ans ce lundi 2 septembre 2019
    Midi Olympique fête ses 90 ans ce lundi 2 septembre 2019 Midi Olympique / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Edito

Notre héritage !

L'édito d'Emmanuel Massicard... Le lundi 2 septembre 2019 fera date. Votre journal fête en effet ses 90 ans d’existence. Jour pour jour. 90 piges après sa première parution le lundi 2 septembre 1929. Alors, oui, champagne. Midol trinque avec vous, chers amis, fidèles lecteurs, qui nous accompagnez depuis tant d’années sur le fil de la passion et de l’émotion collective. C’est bien là ce que le sport a de plus beau à partager, toute la magie du rugby et ce fichu trésor que Midol a su toujours cherché à vous transmettre.

Depuis 90 ans, d’exploits magnifiques en défaites épuisantes du XV de France, Midol a toujours lié son destin à celui de ce sport si particulier qu’il a accompagné sans faille dans sa progression, du plus profond des amateurismes jusqu’à l’avènement du professionnalisme. Ce sport dont il a traduit les codes et partagé la culture avec le plus grand nombre. Ce rugby français dont il a contribué à repousser les frontières traditionnelles pour épouser celles de la modernité et du sport-spectacle. Au bout du compte, la réussite de l’un a fait celle de l’autre.

De Raymond Sautet à Jacques Verdier en passant par les deux Henri, Gatineau et Nayrou, les patrons de la rédaction du Midol se sont ainsi évertués à ancrer Midol dans son monde. Amoureux de ce jeu autant que de leur métier, ils ont assumé un regard parfois différent sur la chose sans jamais renier le devoir d’information et l’exigence d’écriture qui leur incombaient. Ces fameux marqueurs ont résisté au temps et aux époques pour coller à la réalité d’un journal unique en son genre, attachant en diable et attaquant dans l’âme. Un journal tourné vers l’avenir, sur le print et sur le web ; plus que jamais déterminé à accompagner, main dans la main, le futur de son sport.

Ce lundi, nous connaîtrons enfin les noms des 31Bleus sélectionnés pour le Mondial au Japon. La liste ne fait guère de suspens même si les débats restent vifs autour du cas Louis Picamoles. D’autant plus vifs que François Cros et Yacouba Camara ont tiré leur épingle du jeu lors des matchs amicaux et qu’ils présentent le triple avantage de la jeunesse, de la complémentarité et de la domination physique.

Alors, pour ou contre Picamoles ? Et pour schématiser plus encore : pour ou contre les vieux ? L’affaire serait trop simpliste si elle se résumait à un tel positionnement manichéen. Au vrai, toute la question est de savoir quels joueurs sont les mieux indiqués pour donner du sens au projet de jeu imaginé par Fabien Galthié. 

Sur les bases du premier France - Écosse remporté à Nice mi-août, Cros mérite largement d’être du voyage. Comme Camara depuis vendredi et le match face à l’Italie. Mais l’expérience de Picamoles et l’inévitable jeu de pouvoir qui agite un staff pléthorique peuvent aussi conduire à un consensus mou... 

Quelle que soit l’issue, ce lundi soir à 20 h 30, Midol aura encore du grain à moudre. Tant de choses à vous raconter et à défendre dans l’esprit de ce jeu. C’est l’histoire du Jaune, intimement liée à celle du rugby français. Notre cause et notre héritage ! 

Réagir