• Camille Lopez après le match contre l'Italie
    Camille Lopez après le match contre l'Italie Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Composition : pas droit du but

Les matchs de préparation ont laissé planer un doute sur la capacité de Camille Lopez à prendre en charge
le tir au but lors du match d’ouverture de la Coupe du monde.

Au soir de la victoire face à l’Ecosse à Nice, une ombre est venue gâcher le tableau : la piètre prestation de Camille Lopez dans les tentatives de but. 50 % de réussite pour le Clermontois (3/6) qui certes n’avait pas vraiment eu le temps de travailler le but depuis le début de la préparation. Malheureusement, il n’avait pas eu l’occasion d’inverser la tendance une semaine plus tard à Edimbourg puisque le but était revenu à Thomas Ramos (2/2). Face à l’Italie, Romain Ntamack a montré plus de solidité dans l’exercice avec un intéressant 83 % de réussite (5/6). Une véritable satisfaction pour le sélectionneur qui avait prévenu que sa prestation face aux perches serait déterminante : « On aura besoin d’un buteur fiable dans l’équipe. J’espère qu’il va montrer qu’il est bon, surtout pour lui. Il sera intéressant de voir son comportement. On prendra en compte cette donnée pour la suite. »

Faut-il prévoir un nouveau changement dans la hiérarchie des ouvreurs ? Peut-on s’attendre, comme lors du dernier Tournoi des 6 Nations, à voir le jeune Toulousain coiffer l’expérimenté clermontois ? Selon nos informations, le staff est encore divisé sur le sujet mais Jacques Brunel souhaiterait maintenir sa confiance à Camille Lopez pour affronter les Pumas, misant sur sa plus grande connaissance du très haut niveau, d’autant que Romain Ntamack n’avait disputé qu’un seul match de phase finale en tant que titulaire la saison dernière avec le Stade toulousain. C’était lors du quart de finale de Coupe d’Europe sur la pelouse du Racing 92. Il avait alors le numéro 12 dans le dos, comme cela a été souvent le cas (quinze fois en dix-neuf titularisations). Un repositionnement inenvisageable chez les Bleus puisque Wesley Fofana est un cadre de la ligne offensive. Surtout, à l’instar de Lopez, Romain Ntamack n’est pas le buteur numéro 1 dans son club. Les deux hommes n’ont pas l’habitude d’assumer la pression de l’exercice au quotidien. Reste alors l’option Thomas Ramos. Seulement, il doit faire face à la concurrence de son partenaire de club Maxime Médard qui a été très bon pendant la préparation.

Une équation bien connue à Toulouse où Ugo Mola avait décidé de replacer le phénomène Cheslin Kolbe à l’arrière et de titulariser Thomas Romas à l’ouverture en phase finale du Top 14. Après avoir raté sa demi-finale, il avait prouvé sa force de caractère et sa précision au pied lors de la victoire contre Clermont pour s’offrir le Brennus. Alors, même si son jeu n’était pas totalement réglé, il ne faut pas oublier qu’il faut remonter à 2007 pour trouver un champion de France avec un ouvreur de moins de 28 ans. C’était Juan Martin Hernandez, âgé de 24 ans, avec le Stade français. Ramos n’avait lui que 23 ans au Stade de France. Le voir avec le numéro 10 chez les Bleus ne serait pas complètement saugrenu, d’autant qu’il a assuré les dix dernières minutes à ce poste face à l’Italie. 

Sur le même sujet
Réagir