• Arthur Iturria (France) contre l'Italie
    Arthur Iturria (France) contre l'Italie Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
XV de France

Projection : une 2e ligne en danger

Face à l’Argentine, le XV de France démarrera le match le plus important de son histoire contemporaine
avec au moins un deuxième ligne dont ce n’est pas le poste en club : Le Roux ou Iturria ?

Lundi soir, alors que Jacques Brunel égrenait les noms des trente et un, il nous vint spontanément une interrogation : le poste de deuxième ligne ne posera-t-il pas problème, au jour où les Français affronteront les Pumas  ? De fait, le staff des Bleus a nommé trois deuxième ligne, le Racingman Bernard Le Roux, le Clermontois Sébastien Vahaamahina et le Parisien Paul Gabrillagues, un maigre contingent auquel a été adjoint sur le tard Arthur Iturria, considéré à l’origine comme un troisième ligne. Pourtant, Paul Gabrillagues sera bel et bien suspendu pour ce premier match de poule et le XV de France se retrouve alors seulement pourvu d’un seul véritable spécialiste du poste, en l’occurrence Vahaamahina. Imaginons le pire: et si un deuxième ligne se blessait au Japon, deux ou trois jours avant la rencontre, quel serait le Plan B ? Devrait-on faire monter Ollivon dans la cage, à un poste qu’il n’a jamais occupé ? Pour le moins dangereux...

Ce n’est pas tout. L’an passé, bien que Laurent Travers soit de plus en plus favorable au fait de placer Bernard Le Roux dans la cage, le natif d’Afrique du Sud a connu plus de 80 % de ses titularisations toutes compétitions confondues, en numéro 7. Dans ces conditions, peut-il démarrer face aux Pumas en Coupe du monde ? Lui qui n’a disputé le moindre match amical avec les Bleus cet été aura-t-il suffisamment de repères dans le nouveau le dispositif tricolore et, surtout, au cœur d’un alignement en pleine mutation ? La question reste entière mais on a assez répété dans ces colonnes que « Bernie » aurait toujours plus de chances de ressembler à Bakkies Botha qu’à Olivier Magne qu’on ne peut qu’apprécier la décision de Brunel de considérer le joueur comme un deuxième ligne.

Iturria : une titularisation en 2e ligne avec Clermont

Si Bernard Le Roux est jugé en manque de repères et de rythme pour démarrer face aux Pumas, il reste l’option -celle que devrait visiblement privilégier Jacques Brunel- d’Arthur Iturria au poste de numéro 4. Si le Béarnais n’a connu qu’une seule titularisation à ce poste la saison dernière avec Clermont, il y a néanmoins été formé et reste le patron d’alignement du XV de France, soit un élément incontournable du dispositif de Julien Bonnaire, le maître ès touches des tricolores. Alors, vous nous direz probablement que Bernard Laporte, le président de la fédération, a toujours pensé qu’Arthur Iturria était trop léger pour être un deuxième ligne de niveau mondial et on vous répondra que l’ancien sélectionneur des Bleus a probablement raison. Quoi qu’il se passe le 21 septembre prochain, à Tokyo, le XV de France démarrera le match le plus important de son histoire contemporaine avec une deuxième ligne quelque peu expérimentale. On espère que cela ne sera pas rédhibitoire…

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir