• Les joueurs de l'UBB célébrant la victoire contre Castres
    Les joueurs de l'UBB célébrant la victoire contre Castres Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Le récital de la charnière bordelaise

Impressionnants de par leur réalisme, les Girondins ont réussi un grand coup ce samedi après-midi en s’imposant dans le Tarn (32-34). Malgré une indiscipline notable, les hommes de Christophe Urios avaient préparé leur coup. Mission accomplie.

C’était le match à ne pas manquer du côté de Castres. Les supporters, les joueurs et dirigeants avaient ciblé la rencontre en raison du retour de Christophe Urios. Mais c’est bien ce dernier qui a pris le dessus, bien aidé par une charnière inspirée. Parce que oui, l’association entre Maxime Lucu et Matthieu Jalibert fut proche de la perfection. Le premier cité fêtait sa première titularisation en Top 14, et grâce à de bons choix, il a mis son équipe dans l’avancée, systématiquement. Quant au numéro dix de l’UBB, il réalise un début d’exercice tonitruant. 

Très peu de jeu au pied, une grosse pression défensive et surtout des ballons bonifiés quasiment à chaque reprise, rien à redire sur la prestation des deux joueurs. En témoigne le premier essai inscrit par Higginbotham à la suite d’une merveille de passe dans l’intervalle de l’ouvreur bordelais. Ce dernier, durant toute la partie a imposé son rythme et n’a surtout, jamais paniqué, même à 15-7 pour le CO. « Nous devions montré un beau visage ici et c’est chose faite. Personnellement, je me sens bien et mes blessures sont derrière moi ». En effet, cela s’est vu. Notamment à la 39e minute, lorsqu’il tente un magnifique coup de pied par-dessus dont il a le secret, pour aller marquer son troisième essai de la saison (déjà). La Jalibert Touch, à l’état pur.

Carte Blanche

À l’issue de la rencontre, le demi d’ouverture était satisfait de la prestation des siens : « J’ai trouvé l’équipe très sereine même quand nous étions menés à la fin ». Mais surtout, il n’a pas manqué de rendre hommage à son entraîneur, Christophe Urios. « Nous jouons plus que l’an dernier, nous avons plus de liberté. Avec Maxime, nous avions carte blanche aujourd’hui. Cela fait du bien de jouer libéré(s) et c’est vrai que c’est une nouveauté ».

En tout cas, les deux hommes ont particulièrement impressionné ce samedi, bien aidés par la blessure en début de match de Thomas Fortunel. 

Finalement, l’UBB version Urios est séduisante, et surtout, elle a la chance d’être amenées par deux charnières complémentaires. Première place méritée.

Mathieu Vich
Sur le même sujet
Réagir