• Fickou, Slimani, Picamoles et Vakatawa à leur arrivée à l’hôtel de Fujiyoshida.
    Fickou, Slimani, Picamoles et Vakatawa à leur arrivée à l’hôtel de Fujiyoshida. Patrick Derewiany / Midi Olympique / Patrick Derewiany / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Coupe du Monde

Bienvenue au Japon

L’équipe de France a pris ses quartiers à Fujiyoshida, à l’hôtel Highland Resort, où les Bleus vont passer dix jours et préparer la première rencontre face à l’Argentine.

Les joueurs de l’équipe de France devront patienter avant de pouvoir admirer le Mont Fuji. Il faisait déjà nuit quand les deux bus de la délégation tricolore se sont garés devant le Highland Resort de Fujiyoshida, juste après 21 heures, heure locale. Et les Bleus ne sont pas éternisés à l’extérieur de l’établissement, pressés de prendre leurs quartiers après un long voyage depuis Paris composé d’un peu moins de douze heures de vol et d’un peu plus de deux heures de bus... D’autant que la pluie et le vent étaient aussi au rendez-vous pour leur souhaiter la bienvenue avec le typhon Faxai qui était attendu au-dessus de Tokyo quelques heures après l’arrivée des Français. Finalement, ils ont évité les turbulences qu’ils pouvaient craindre au moment d’embarquer pour cette aventure extraordinaire. Le vol s’est déroulé sans encombre et a atterri à l’heure. L’équipe de France a eu de la chance d’éviter de justesse le typhon puisque des vents à plus de 200 km/h étaient redoutés.

Formant une haie d’honneur, le personnel de l’hôtel attendait les Bleus en agitant des petits drapeaux Bleu, Blanc, Rouge pour souhaiter la bienvenue aux hommes de Jacques Brunel. Le sélectionneur recevait un bouquet de fleurs de la part de la direction alors que Fabien Galthié ou encore Jean-Baptiste Elissalde sortaient leur téléphone portable pour filmer ce premier moment fort sur l’archipel devant une équipe de télévision japonaise présente, tout comme une toute petite poignée de locaux curieux qui avaient revêtu le maillot tricolore pour l’occasion. De nombreux joueurs ont également enregistré ces quelques souvenirs avant de monter rapidement dans leur chambre d’hôtel tout confort situé juste à côté d’un parc d’attractions réputé pour ses montagnes russes. Seuls, Wenceslas Lauret et Baptiste Serin avaient été missionnés pour porter quelques sacs placés dans les soutes.

Digérer le décalage horaire

La délégation française composée de 51 personnes était alors de nouveau au complet puisque plusieurs membres du staff, dont l’intendant Hervé Didelot, avaient anticipé leur arrivée pour réceptionner tout le matériel envoyé depuis la France avant l’arrivée des joueurs. Ce ne sont pas moins de deux cents colis qu’il a fallu récupérer (soit près de 4 tonnes de matériel), et installer à l’hôtel mais aussi au centre d’entraînement Fuji Hokuroku Park, situé à un peu moins de dix minutes en transport. Les Bleus vont maintenant devoir au plus vite digérer le décalage horaire de sept heures et, aussi, s’adapter à des conditions climatiques qui s’annoncent dantesques pour cette première semaine d’entraînement qui commencera par un décrassage ce lundi après-midi vers 14 h 30. En effet, le thermomètre doit encore dépasser allégrement les 30 degrés avec un pourcentage d’humidité flirtant avec les 75 %.

Une chaleur étouffante qui s’accompagne de nombreuses fortes pluies. Et un environnement totalement différent de ce qu’ils ont connu pendant leur préparation estivale... Les coéquipiers de Guilhem Guirado doivent maintenant profiter au maximum des derniers jours d’entraînements à Fujiyoshida où ils resteront jusqu’au 18 septembre, avant le premier match face à l’Argentine, le 21 septembre à Tokyo.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir