• à Brive, Nick Abendanon aura été l’un des Clermontois les plus dangereux. Photo DC
    à Brive, Nick Abendanon aura été l’un des Clermontois les plus dangereux. Photo DC
Publié le / Modifié le
Top 14

Clermont : Rien ne sert de courir...

Clermont encore dépassés par l’entame de match de leurs adversaires, les Auvergnats n’ont cette fois pas su trouver les ressources pour surmonter une nouvelle course à handicap.

Rien en sert de courir, il faut partir à point… On connaît par cœur le vieil adage hérité des fables de La Fontaine, et de la vieille rengaine du lièvre et de la tortue, et si les Clermontois l’avaient peut-être oublié, nul doute que Franck Azéma saura leur rappeler dans la semaine. Car s’il est de bon ton de savoir "ne pas paniquer et garder ses nerfs dans ce genre de match, même si l’adversaire réalise une bonne entame" ainsi que nous le glissait dans la semaine l’ouvreur Jake McIntyre, il est probable qu’à l’avenir, les Auvergnats aient intérêt à soigner un peu mieux leurs débuts de match… Ainsi, après avoir frôlé la correctionnelle la semaine précédente à Bayonne (victoire 34-30 après avoir été menés 14 à 3), les Jaunards n’ont cette fois pas su accélérer suffisamment pour sortir en vainqueurs de cette course à handicap dans laquelle ils se placèrent par leur(s) propre(s) faute(s), au sens propre comme au figuré. On veut parler, évidemment, de cette litanie de situations brouillonnes (à l’image de cette touche rapidement jouée par Cassang sur ses 5 mètres en plein-temps fort briviste, ou de ce passage à vide grossier entre Jedrasiak et Ulugia dans les 22 mètres brivistes), de ballons rendus trop facilement au pied (notamment par l’ouvreur Jake McIntyre) ou de plaquages "oubliés" en bordure de ruck qui polluèrent toute la première mi-temps, au point de conduire Franck Azéma à coacher ses deux piliers dès la 18e pour "piquer" ses hommes, mais aussi à sortir Rémy Grosso à la pause, jugé coupable et trop attentiste sur l’essai de Galala. On songe aussi, enfin, à ces fautes évitables (carton jaune pour Levave à la suite d’un maul écroulé, et jaune "orangé" pour Naqalevu pour un impact sur la nuque d’Axel Muller) qui empêchèrent l’ASM de réaliser le hold-up parfait dans le money-time. Cette indiscipline tranchant pour le coup avec l’étonnante discipline des promus brivistes, auteurs d’un incroyable "zéro faute" en première période.

Des leviers pour Franck Azéma

Alors, faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain ? Certes non. Parce que l’ASM a démontré, dès lors qu’elle en avait un tant soit peu envie, que sa force de frappe frontale demeurait sans commune mesure dans le Top 14, et devrait lui permettre de limiter la casse jusqu’à la fin de la Coupe du monde, pendant l’absence des internationaux. Mais surtout parce qu’après ce centième derby du centre que ses hommes traversèrent - pour certains - comme des fantômes, Franck Azéma sait désormais un peu plus à quoi s’en tenir. Notamment au sujet de certaines recrues qu’il a pu juger sur pièces sur la pelouse d’Amédée-Domenech… En clair, cette défaite en passant devrait permettre au manager auvergnat d’activer certains ressorts en vue des prochaines semaines. L’unique regret à avoir résidant peut-être dans cette pénalité du bonus manquée par le jeune Marc Palmier à la 78e. Et encore, personne n’aura l’outrecuidance de lui en vouloir…

ZANARDI Nicolas
Réagir