• Chester Williams restera dans la légende du rugby international. Il a été le symbole de l’équipe sud-africaine de 1995. Photo Icon Sport
    Chester Williams restera dans la légende du rugby international. Il a été le symbole de l’équipe sud-africaine de 1995. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
International

Décès d'un champion : Adieu, Chester…

Le champion du monde 1995 a brutalement disparu ce vendredi. Il fut "le" joueur emblématique de la Coupe du monde sud-africaine.

La mort a encore frappé l’Afrique du Sud championne du monde 1995. Chester Williams est décédé brutalement, d’une crise cardiaque ce vendredi. Il avait 49 ans et comptait 27 sélections entre 1991 et 2000 (quatorze essais). En 1995, il était le seul noir de l’équipe qui battit les All Blacks en finale de Coupe du monde. Mais sa présence à l’aile gauche releva d’un concours de circonstances assez extraordinaire. Il aurait dû passer tout le Mondial sur son canapé. Blessé aux adducteurs, il ne figurait pas dans la sélection finale de Kitch Christie. Un crève-cœur pour les organisateurs du Mondial qui avaient fait de lui leur tête d’affiche… Il fut rappelé après la suspension de Pieter Hendricks après un match houleux contre le Canada. Un miracle !

En quarts contre les Samoa, il avait crevé l’écran en signant un quadruplé. Le soir de la finale, il fut abondamment filmé et photographié en compagnie de son épouse Maria (blanche de peau), en train de parler avec Nelson Mandela. Jamais le destin d’un joueur n’était tombé à ce point à pic. Et jamais une trajectoire personnelle n’avait autant épousé celle de son propre pays… "L’annonce de la mort de Chester est dévastatrice et dure à croire, puisqu’il était encore jeune et en bonne santé apparente", a réagi le président de la Fédération sud-africaine de rugby, Mark Alexander. "Chester était un vrai pionnier du rugby sud-africain et ses performances lors de la Coupe du monde 1995 resteront gravées à jamais dans les cœurs et les esprits des gens", a-t-il ajouté. "Il était passionné par le rugby et l’Afrique du Sud, et, en tant qu’entraîneur, rendait généreusement à ce sport après sa retraite, a-t-il continué. Il avait encore tellement à offrir dans ce monde. Nos pensées sont avec sa femme, Maria, ses enfants, sa famille et ses amis en ces temps difficiles."

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir