• Felipe Berchesi. Photo Icon Sport
    Felipe Berchesi. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Saga Uruguay

La Star : Berchesi, l’artilleur

En l'absence de Rodrigo Capo Ortega, à peine revenu à 39 ans d’une opération d’une hernie discale, les Urguayens placeront leurs espoirs dans la précision au pied de leur buteur Felipe Berchesi, demi d’ouverture de Dax.

Du rugby uruguayen, le suiveur français lambda connaît essentiellement Rodrigo Capo Ortega, devenu légende vivante du côté de Castres après le Brennus qu’il conquit en 2018 en tant que capitaine, sur la pelouse du Stade de France. Sauf que, si "Capo" avait fait de cette Coupe du monde un de ses objectifs de fin de carrière (il était d’ailleurs sorti de sa retraite internationale après 8 années d’absence en sélection pour affronter le Canada, lors du match aller-retour qualificatif pour la Coupe du monde), sa santé en a malheureusement décidé autrement.

Opéré d’une hernie discale au mois de février, Capo Ortega n’a en effet retrouvé les terrains que la semaine dernière avec son club, le temps de 47 minutes sur la pelouse synthétique de Nanterre. Des gages d’assurance toutefois insuffisants aux yeux du sélectionneur Esteban Meneses pour prendre le risque de convier "Capo", à l’âge canonique 39 ans… Ainsi, c’est le demi d’ouverture Felipe Berchesi qui fera figure d’emblème de sa sélection au Japon.

Âgé de 28 ans, l’ouvreur aux 32 sélections s’avère en effet un artilleur redoutable, fort de déjà 287 points inscrits en sélection. Passé par Chambéry et Carcassonne, Berchesi porte actuellement les couleurs de Dax (Fédérale 1), où il s’est ailleurs réengagé pour les deux prochaines saisons. Formé au vénérable Carrasco Polo Club, celui qui poursuit en marge de sa carrière des études d’architecture aura la lourde tâche de conduire le jeu des Teros en compagnie de son compère de la charnière Agustin Ormaechea, qui évolue de son côté à Mont-de-Marsan. Une paire 100 % "landaise" qui constituera le meilleur atout de l’Uruguay, complétée par le troisième "français" du groupe, à savoir le deuxième ligne d’Oyonnax Manuel Leindekar. 

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir