• Parfait symbole de ce Lou plus effrayant et médiatique que jamais en ce début de saison, Mathieu Bastareaud devrait être titularisé au poste de numéro 8 pour la première fois de sa carrière face à Brive. Photo Icon Sport
    Parfait symbole de ce Lou plus effrayant et médiatique que jamais en ce début de saison, Mathieu Bastareaud devrait être titularisé au poste de numéro 8 pour la première fois de sa carrière face à Brive. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Ce Lou qui fait peur

Leader Victorieux à trois reprises en autant de journées, les hommes de pierre mignoni auront l’occasion de conforter leur première place avec la venue du promu briviste. Structuration Déjà très en avance sur la plupart de ses concurrents au niveau des infrastructures, le lou va bientôt franchir un nouveau cap susceptible de lui conférer une force de frappe supplémentaire. Jeunesse Un projet d’autant plus cohérent qu’il fonctionne parallèlement à celui de la formation, à l’image de nouveaux moyens et d’un effectif rajeuni.

Il s’agissait de l’une des interrogations de ce début de saison. À savoir, comment ces Lyonnais allaient-ils se relever de leur deuxième défaite consécutive en demi-finale, après le sérieux lifting réalisé à l’intersaison… La réponse ? Elle claque aujourd’hui comme une évidence. Non contents d’avoir braqué sur eux les projecteurs avec le transfert et la reconversion de Mathieu Bastareaud (qui devrait démarrer pour la première fois de sa carrière au poste de numéro 8 ce week-end), ce qui eut pour effet d’attirer un surplus de public à Gerland, les Rhodaniens ont surtout merveilleusement digéré les changements intervenus à l’intersaison, avec le départ de Karim Ghezal, l’arrivée de David Gérard et le reclassement du capitaine Puricelli en entraîneur-joueur.

Pierre Mignoni et David Gérard sur le banc de touche contre Toulon
Pierre Mignoni et David Gérard sur le banc de touche contre Toulon - Icon Sport - Icon Sport

Ajoutez à cela un recrutement intelligent (axé autour de la puissance et de la conquête en mêlée), un net rajeunissement de l’effectif (avec l’arrivée des champions du monde U20 Demba Bamba, Kilian Geraci ou Clément Laporte, ainsi que la nomination de Baptiste Couilloud et Félix Lambey comme nouveaux capitaines) et le retour à leur meilleur niveau d’anciens cadres (à l’image de Carl Fearns ou Liam Gill), et vous obtenez le cocktail idéal pour une belle aventure qui définitivement prit forme la semaine dernière à Toulon, où les hommes de Pierre Mignoni lui donnèrent raison sur le terrain dans sa joute verbale avec Mourad Boudjellal. De quoi construire, pour le moins…

Infrastructures, formation : une machine de guerre

Et il faut dire qu’en ce qui concerne le bâtiment, Lyon s’y connaît, qui délivrera dans quelques mois le projet pharaonique des Jardins du Lou, qui lui assurera une force de frappe financière sans commune mesure dans l’Hexagone. Difficile donc de s’étonner si, fort de son travail, le Lou occupe après trois journées un fauteuil de leader qu’il cherchera à conforter au travers de cette réception de Brive. Parce que la progression du vénérable club lyonnais se veut intelligente, progressive, et surtout inexorable.

C’est pourquoi, malgré des moyens financiers énormes, le club a aussi choisi d’investir sur la jeunesse, avec l’arrivée de quatre entraîneurs à temps plein pour les U18 et les U22 et surtout d’un visage bien connu dans le monde de la formation, Philippe Agostini, devenu manager sportif du club des U16 aux espoirs. De quoi construire, avec l’arrivée future d’un centre de formation high-tech, une machine de guerre destinée à supporter l’évolution de l’équipe professionnelle. "Quand on dit que l’on veut être champion, en France, on prend ça comme de la prétention et non de l’ambition, affirmait Mignoni en début d’exercice. Or, moi, je suis venu à Lyon pour être champion, à court ou moyen terme. Cette année, la moyenne d’âge de l’équipe sera de 26 ans, ce qui lui laisse une grosse marge de progression. "

Le vrai révélateur de la Champions Cup

Car l’essentiel n’est bien sûr pas d’être le tube de l’été, mais bien de se montrer encore plus fourmi que cigale, en se qualifiant pour les phases finales mais surtout en y arrivant avec quelques certitudes supplémentaires. Voilà pourquoi, à nos yeux, le premier vrai révélateur du Lou coïncidera surtout avec le mois de novembre, avec des affrontements face à Northampton et au Leinster où les Rhodaniens devront valider leur progression en Champions Cup, après leur si décevant parcours de l’an dernier.

Et à ce titre, se bâtir un petit matelas de points en championnat serait tout sauf une mauvaise idée, afin de pouvoir se lancer à fond dans l’aventure européenne. "Traverser une compétition sans gagner le moindre match, ça ne fait évidemment jamais plaisir… Et pourtant, paradoxalement, la Champions Cup nous a beaucoup aidés dans notre construction d’équipe. Cette année, notre objectif sera de nous servir de cette compétition pour nous rapprocher encore des meilleurs. " Et de devenir une équipe susceptible d’inspirer la peur aux meilleures formations de l’Hexagone, pas seulement le temps d’un été indien…

ZANARDI Nicolas
Voir les commentaires
Réagir